Publicité

CORRUPTION

Afrique du Sud: Zuma réclame 'un juge impartial' anti-corruption

Après des mois à jouer au chat et à la souris, l'ex président sud-africain Jacob Zuma s'est finalement présenté lundi matin devant une commission d'enquête anti-corruption, demandant formellement que son président, Raymond Zondo, se récuse.

Crédit Photo : Guillem Sartorio
Crédit Photo : Guillem Sartorio

L'ex-président sud-africain Jacob Zuma (c) quitte la salle après s'être présenté devant une commission d'enquête anti-corruption, le 16 novembre 2020 à Johannesburg.

L'ancien chef d'Etat "a droit à un juge impartial", a plaidé son avocat Muzi Sikhakhane, soulignant que la présence même de M. Zuma démontrait qu'il n'avait jamais eu l'intention de remettre en cause l'autorité de la commission. Depuis une apparition lors d'une convocation en juillet 2019, l'ex-président avait plusieurs fois fait faux bond, invoquant tour à tour sa santé ou sa préparation juridique dans une autre affaire.  Mercredi il avait formellement déposé une requête, évoquée dès septembre, pour que M. Zondo se récuse, mettant en cause son impartialité à travers des liens personnels.

"Que M. Zuma ait épousé la sœur d'une femme, avec qui j'avais eu une relation terminée plusieurs années auparavant, n'a jamais eu d'incidence sur l'exercice de mes fonctions", avait affirmé M. Zondo dans un communiqué fin octobre. L'ancien chef d'Etat a laissé planer le doute jusqu'à la dernière minute sur sa venue lundi. Quelques partisans s'étaient rassemblés devant la commission à Johannesburg, la plupart en treillis, scandant des slogans pro-Zuma. Depuis deux ans, la commission a entendu des dizaines de ministres ou ex-ministres, élus, hommes d'affaires ou hauts fonctionnaires qui ont déballé au grand jour le linge sale de l'ère Zuma (2009-2018).

Ses conclusions ne déboucheront pas directement sur des inculpations mais pourront être transmises au parquet pour d'éventuelles poursuites. Jacob Zuma, 78 ans, est soupçonné d'avoir généralisé le pillage des ressources de l'Etat et accordé de juteux contrats publics à une sulfureuse famille d'hommes d'affaires, les Gupta. Englué dans les scandales, il avait été poussé à la démission. L'ex président est aussi poursuivi dans une affaire de pots-de-vin vieille de plus de 20 ans, accusé d'avoir touché des commissions du groupe français Thales dans le cadre d'un énorme contrat d'armement.

LSI AFRICA avec l'AFP

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article Afrique du Sud: Zuma réclame 'un juge impartial' anti-corruption, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.