Publicité

REBONDISSEMENT

Bissau : vacance du pouvoir, Cipriano Cassama nouveau président par intérim

Un président intérimaire, a prêté serment ce vendredi soir à Bissau. Au lendemain de la cérémonie d'investiture d'Umaro Sissoco Embalo, jugée illégitime par la communauté internationale, le président de l'assemblée nationale, conformément à l'article 85 de la constitution a constaté la vacance du pouvoir. 

Crédit Photo: ROT /PR
Crédit Photo: ROT /PR

Cipriano Cassama nouveau président par intérim de la Guinée-Bissau.

Cinquante-deux députés, membres du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC) et de formations alliées, ont tenu une sessions spéciale au cours de laquelle ils ont "constaté la vacance du pouvoir". Jeudi, Umaro Sissoco Embalo, issu de l'opposition, s'est fait investir président dans un hôtel avec l'aval du président sortant, José Mario Vaz, et malgré la contestation persistante autour du résultat du scrutin dans ce pays d'Afrique de l'Ouest à l'histoire politique tumultueuse.

M. Embalo a ensuite, vendredi en fin d'après-midi, démis le Premier ministre (PAIGC) Aristides Gomes et nommé à sa place un de ses partisans, Nuno Gomes Nabiam, candidat malheureux à la présidentielle qui l'avait rallié entre les deux tours. Une défiance de trop pour les instituions de la république Bissau guinéenne. Les députés fidèles au PAIGC ont dès lors décidé, "pour combler ce vide", la nomination d'un "président intérimaire". Ils ont choisi le président de l'Assemblée nationale, Cipriano Cassama, membre du PAIGC, qui domine la vie politique de cette ancienne colonie portugaise depuis son indépendance en 1974.

M. Cassama devrait s'adresser à la Nation samedi, selon ses proches. Le Premier ministre démis par M. Embalo, Aristides Gomes, reconnu par la communauté internationale, a dénoncé l'investiture de M. Embalo comme une tentative de "coup d'Etat" de la part de M. Embalo. Des militaires occupaient dans la soirée la plupart des institutions du pays, dont les bureaux du chef du gouvernement et des ministères, sans que l'on sache précisément dans quel camp elle se situe. M. Embalo, ancien général, ex-Premier ministre, a été donné vainqueur par la commission nationale électorale avec 53,55% des voix, contre 46,45% pour Domingos Simoes Pereira, président du PAIGC. M. Pereira et le PAIGC, dénonçant des fraudes, réclament qu'on recompte les bulletins et s'en remettent à une décision finale de la Cour suprême.

Cipriano Cassama, nouveau président de la Guinée-Bissau devrait selon nos informations assurer l'intérim durant trois mois. Au cours de cette période transitoire, il sera charger d'organiser un nouveau scrutin présidentiel. La France, l'Union européenne et les États-Unis, ne reconnaissent pas pour l'heure Umaro Sissoco Embalo. Ce vendredi plusieurs sources crédibles ont fait état de possibles sanctions ciblées contre Umaro Sissoco Embalo et ses proches.

LSI AFRICA

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article Bissau : vacance du pouvoir, Cipriano Cassama nouveau président par intérim, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.