Publicité

POLITIQUE

L'heure du verdict au procès du pustch manqué

Le verdict du procès marathon du coup d'Etat manqué de 2015 au Burkina Faso est attendu lundi, après 19 mois d'audience, le sort de Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé, deux anciens barons du régime Compaoré, étant particulièrement scruté.

Crédit Photo: B24
Crédit Photo: B24

Gilbert Diendere.

Les juges du tribunal militaire de Ouagadougou de ce procès hors norme, devront dire si les 84 accusés, dont les généraux Diendéré et Bassolé, cerveaux présumés du putsch, sont coupables ou non, et décider des peines.

Quatorze personnes sont mortes et 270 ont été blessées lorsqu'une unité d'élite de l'armée burkinabè, le régiment de sécurité présidentielle (RSP), a tenté, le 16 septembre 2015, de renverser le gouvernement de transition. Ce régime de transition avait été mis en place près d'un an plus tôt, après la chute de l'ex-président Blaise Compaoré, chassé par une insurrection populaire après 27 ans de pouvoir. 

Le coup de force du RSP - garde prétorienne du régime Compaoré - contre le retour à la démocratie avait été mis en échec après une douzaine de jours par la population et des unités loyalistes de l'armée. Le parquet a requis la prison à vie contre les généraux Diendéré et Bassolé, accusés notamment de "trahison" et "meurtre". Diendéré est "l'instigateur principal du coup d'Etat" et Bassolé a "aidé à préparer (...) le coup d'Etat", avait estimé la procureure militaire Pascaline Zoungrana dans son réquisitoire.

Diendéré, 60 ans, ancien bras droit de Blaise Compaore, et Bassolé, 62 ans, son ancien chef de la diplomatie, ont tous les deux réfuté ces accusations. "Je n'ai ni commandité, ni planifié, ni organisé, ni exécuté" le coup d'Etat, avait déclaré Diendéré à la barre, en treillis militaire, en novembre 2018. Le général, qui dirigea le RSP par le passé, avait pourtant pris la tête du Conseil national pour la démocratie, l'organe dirigeant des putschistes.

Avec l'AFP

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaite à l'article Burkina Faso: l'heure du verdict au procès du pustch manqué, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajouter votre commentaire il sera mise en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.