Publicité

TERRORISME

Burkina : pourquoi l’attaque visait le convoi de la compagnie Semafo?

L’attaque d’un convoi d’autocars de la compagnie minière canadienne Semafo, dans l’est du Burkina Faso, a fait une quarantaine de morts et plus de 60 blessés.

Crédit Photo: B24
Crédit Photo: B24

L'image d'un véhicule du convoi attaqué par les assaillants.

Au moins 38 morts, peut-être 60 selon d’autres sources ; des dizaines de blessés et autant de disparus. Le bilan de l’attaque de mercredi en fait la plus meurtrière perpétrée au Burkina Faso. Elle visait un convoi de bus et de pick-up transportant du personnel local, des entrepreneurs et des fournisseurs liés à la compagnie minière canadienne Semafo qui exploite la mine d’or de Boungou (est du pays). « Il y avait très clairement la volonté de viser ce convoi pourtant protégé par l’armée », estime Mathieu Pellerin, un analyste Sahel de l’International Crisis Group et auteur principal d’un rapport sur « la ruée vers l’or au Sahel central » à sortir mercredi prochain.

« Depuis le printemps, les attaques étaient plus rares dans l’Est ; il y avait une relative accalmie. C’est la première attaque très lourde et son ampleur inédite est étonnante : elle a visé de simples civils employés d’une mine et a priori pas des indics ou des supplétifs des forces de sécurité », constate le chercheur.

La production d’or en hausse

La Semafo a suspendu ses opérations après ce massacre. « C’est peut-être ce que cherchaient les assaillants : frapper fort pour mettre à mal l’économie du pays. » Il est vrai qu’au Burkina la production d’or augmente : 46 tonnes en 2017, 52 tonnes en 2018. À cette manne officielle il faut ajouter 10 à 30 tonnes d’or produites dans les mines artisanales où les groupes armés, dont les djihadistes, trouvent des sources de financement. Pourquoi viser la Semafo ? « C’est une première qui questionne. Il faut donc rester prudent », avertit Mathieu Pellerin. Faut-il mettre ce massacre sur le compte de riverains de la mine mécontents, voire exaspérés, de ne pas profiter des retombées de cette richesse naturelle ?

Colère grandissante des Burkinabés

Serait-ce une punition contre la Semafo qui aurait pu refuser de verser de l’argent à des racketteurs qui lui offraient, à défaut d’une protection, une certaine tranquillité pour poursuivre son exploitation aurifère dans l’est du Burkina ? « On peut aussi envisager une radicalisation des groupes djihadistes qui se lit à travers les cibles choisies, et si tel est le cas, les regards devraient se tourner vers l’État islamique », avance Mathieu Pellerin. En effet, les groupes armés terroristes n’hésitent plus à massacrer aveuglément des civils dans les villages et sur les routes de province. D’où la colère grandissante des Burkinabés exaspérés par l’inaction de l’État.

Source: Ouest France

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article Burkina : pourquoi l’attaque visait le convoi de la compagnie Semafo?, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.