Publicité

ÉCHEC

Attaques djihadistes au Burkina: 1650 civils et militaires tués en cinq ans

Les attaques djihadistes perpétrées au Burkina ont tué, en cinq ans, plus de 1.650 civils et militaires burkinabè sur l'ensemble du territoire, selon un rapport publié mercredi sur les violences dans ce pays sahélien.

Crédit Photo : AHEMED OUOBA / AFP
Crédit Photo : AHEMED OUOBA / AFP

Le président Roch Marc Christian Kaboré après sa rencontre avec les chefs militaires, ce 4 février 2016, au palais présidentiel à Ouagadougou.

Dans le même temps, les forces de sécurité burkinabè sont accusées de la mort de 588 civils. «Entre avril 2015 et mai 2020, les groupes terroristes ont mené au moins 580 attaques ciblant surtout l'armée, des commissariats de police, des milices avec lesquelles l'Etat coopère, des écoles, des mairies. De nombreux autres incidents ont été rapportés dans les médias et sur les réseaux sociaux, ce qui laisse supposer que le nombre total d'attaques commises pendant cette période est vraisemblablement bien plus élevé», a indiqué l'Observatoire pour la démocratie et les droits de l'homme (ODDH), dans ce document intitulé «Burkina Faso. Risque d'un nouveau Rwanda?».

«Des 580 attaques terroristes, au moins 221 attaques ont été menées contre les Forces de défense et de sécurité (FDS), tuant 436 éléments de ces forces, et blessant 310 autres. Au moins 359 attaques terroristes ont été dirigées contre des cibles civiles, causant la mort de 1.219 civils dont 595 personnes, par assassinat ciblé et blessant au moins 349 autres citoyens», selon le rapport, qui recense également «76 cas d'enlèvement, totalisant 181 victimes». Au moins 45 attaques (sur 580) ont été commises à l'aide d'engins explosifs improvisés, visant presque dans la totalité des cas les FDS, note l'ONG.

Les soldats burkinabè accusés de la mort de 588 civils

Selon le président de l'ODDH, Lookman Sawadogo, ce bilan a été établi à partir de plusieurs sources, dont le gouvernement burkinabè, les médias et les ONG et concerne les attaques commises «entre le 4 avril 2015 et le 31 mai 2020» par les groupes armés djihadistes. Sur la même période, les forces de sécurité burkinabè sont accusées de la mort de 588 civils, selon différentes ONG. «La très grande majorité de ces civils tués par les FDS appartient à la communauté peule», souligne le rapport.

Les groupes islamistes armés recrutant notamment parmi les Peuls, les amalgames sont fréquents entre cette communauté et les djihadistes. Les groupes djihadistes attisent d'ailleurs ces tensions, et les représailles contre les Peuls se sont multipliées en 2019. Le Burkina Faso est le théâtre d'attaques djihadistes, souvent entremêlées à des conflits intercommunautaires, depuis 2015.

Sous-équipées et mal entraînées, les forces de l'ordre burkinabè n'arrivent pas à enrayer la spirale de violences djihadistes malgré l'aide de forces étrangères, notamment de la France, présente dans le Sahel avec 5100 hommes dans le cadre de l'opération antidjihadiste Barkhane.

LSI AFRICA avec l'AFP

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article Attaques djihadistes au Burkina: 1650 civils et militaires tués en cinq ans, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.