Publicité

INVESTITURE

Burundi : le président Évariste Ndayishimiye prend la tête d'un pays fragilisé

Le président burundais, Évariste Ndayishimiye, a prêté serment jeudi avec deux mois d'avance sur la date prévue, après le décès soudain de son prédécesseur Pierre Nkurunziza. Il prend en mains les destinées d'un pays divisé, isolé, appauvri et confronté à l'épidémie de Covid-19.

Crédit photo : Tchandrou NITANGA
Crédit photo : Tchandrou NITANGA

Evariste Ndayishimiye, nouveau président du Burundi.

"Devant Dieu le tout-Puissant, devant le peuple burundais, seul détenteur de la souveraineté nationale, moi Evariste Ndayishimiye, président de la République du Burundi, je jure fidélité à la Charte de l'Unité nationale, à la Constitution de la République du Burundi, et à la loi...", a déclaré le chef de l'État en prêtant serment dans le stade Ingoma de Gitega, la capitale administrative du pays.

Cette cérémonie s'est tenue dans un contexte particulier en raison de la situation sanitaire liée à l'épidémie de nouveau coronavirus, qui a empêché tout chef d'État étranger d'y assister. Les autorités avaient demandé au public de se présenter assez tôt pour se plier aux mesures sanitaires mises en place, comme le lavage des mains et la prise de température.

Mais la distance de sécurité, fixée à 70 cm entre les personnes, était loin d'être respectée. Et à part quelques officiels, quasiment personne ne portait de masque. M. Ndayishimiye lui-même avait le visage découvert. Élu à la présidentielle du 20 mai, M. Ndayishimiye devait initialement prendre ses fonctions le 20 août, à la fin du mandat de Pierre Nkurunziza. Le décès subit de ce dernier le 8 juin, à l'âge de 55 ans après 15 années au pouvoir, officiellement d'un "arrêt cardiaque", a changé la donne.

Pour éviter une période d'incertitude qui aurait pu déstabiliser le Burundi, dont l'histoire est jalonnée de crises politiques meurtrières et d'une longue guerre civile (300.000 morts entre 1993 et 2006), le parti au pouvoir, le CNDD-FDD, a décidé d'accélérer la transition.La Cour constitutionnelle, acquise à l'exécutif, a donc ordonné que M. Ndayishimiye débute son mandat de sept ans le plus tôt possible, sans période d'intérim. A la mort de M. Nkurunziza, qui l'avait présenté comme son "héritier", le général Ndayishimiye s'est engagé à "poursuivre son œuvre".

Avec l'AFP

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article Burundi : le président Évariste Ndayishimiye prend la tête d'un pays fragilisé, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.