Publicité

RELIGION

Le pouvoir burundais s'en prend à l'Eglise catholique

Le pouvoir burundais a accusé les évêques catholiques du Burundi de "cracher leur venin de haine", en réaction à un message pastoral dénonçant l'intolérance et les violences politiques, à moins d'une année de la présidentielle de 2020, lu dimanche dans toutes les églises du pays

Crédit Photo: PRB
Crédit Photo: PRB

Pierre Nkurunziza, président du Burundi.

Plusieurs hauts responsables s'en sont pris vivement aux évêques catholiques dès samedi, après la fuite sur les réseaux sociaux de leur "message pastoral" qui a été lu dans les églises de la première Eglise du pays. "Certains évêques devraient être défroqués car c'est devenu une habitude: à la veille des élections, ils doivent cracher leur venin de haine à travers des messages incendiaires", a tweeté samedi Willy Nyamitwe, conseiller principal du président burundais en matière de communication.

"Ils sont en train d'enseigner la division, ils accusent les imbonerakure (jeunes du parti au pouvoir) d'être des tueurs, (disent) que les militants du CNDD-FDD sont des tueurs (...). C'est une honte d'enseigner la haine aux fidèles", a déclaré samedi le secrétaire général du parti au pouvoir, Evariste Ndayishimiye, lors d'un meeting, en accusant ces évêques "de chercher à pousser les militants d'opposition à s'attaquer en premier à notre parti".

Les imbonerakure, qualifiés de milice par l'ONU, sont accusés d'être au coeur du système répressif burundais aux côtés de l'armée, de la police et du Service national de renseignement (SNR). Dans le message lu dimanche, les évêques catholiques ont fait part de leur "inquiétude et préoccupation" à huit mois de la présidentielle prévue le 20 mai.

Ils ont pointé les violences et les efforts pour étouffer "certains partis politiques et persécuter leurs membres, des actes de criminalité qui vont même jusqu'aux meurtres fondés sur des mobiles politiques". Parfois, selon l'Eglise, "les jeunes affiliés au parti (CNDD-FDD) semblent se substituer aux services de sécurité".

Les relations entre le gouvernement de Pierre Nkurunziza, un évangélique, et l'Eglise catholique, qui avait pris position contre son 3e mandat, sont empreintes de méfiance. Le Burundi est en crise depuis que le président a annoncé en avril 2015 sa candidature à un troisième mandat. Il avait été réélu en juillet de la même année.

Les violences et la répression qui ont accompagné la crise auraient fait au moins 1.200 morts et déplacé plus de 400.000 personnes entre avril 2015 et mai 2017, selon les estimations de la Cour pénale internationale, qui a ouvert une enquête. 

Avec Belga

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article Burundi: le pouvoir s'en prend à l'Eglise catholique, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.