Publicité

PRODUCTION

Cacao: les petits planteurs ivoiriens entre pauvreté et découragement

"Je ne veux pas que mes enfants soient planteurs, parce qu'on souffre, on ne gagne rien!", s'écrie Raphaël Kouame, un planteur de cacao de Petit Yaoukro, alors que la récolte débute en Côte d'Ivoire, qui fournit 40% du cacao mondial.

Crédit Photo: FA
Crédit Photo: FA

Image d'illustration.

Avec son voisin le Ghana- deuxième producteur mondial avec 20% du marché- l'Etat ivoirien affiche sa volonté d'améliorer le sort des cacaoculteurs, dont plus de la moitié vivent sous le seuil de pauvreté, selon une étude de la Banque Mondiale. En cause, les bas prix sur les marchés internationaux et, surtout, la faible part de la valeur ajoutée qui revient aux agriculteurs dans la filière cacao-chocolat. 

Sur le terrain, les beaux discours des officiels restent sans effet.

Au "campement" (hameau) de Petit Yaoukro (centre), c'est l'ordinaire de la vie rurale en Côte d'Ivoire: quelques maisons en banco (terre crue), d'autres en parpaings, entourées de plantations. Une piste gorgée d'eau, en raison des pluies abondantes, mène à la ville de Sinfra à une quinzaine de kilomètres. Pas d'eau courante, ni d'électricité. 

Ici, on est loin des négociations internationales entre Etats producteurs, consommateurs et multinationales, qui ont accouché en septembre, lors de la 100e session du Conseil international du cacao à Abidjan, d'une "stratégie sur cinq ans" pour "augmenter les revenus des planteurs" et améliorer la "durabilité environnementale" de la culture du cacao.  

L'"or brun" rapporte surtout aux industriels des pays occidentaux qui le transforment en tablettes, barres, biscuits et gâteaux, mais peu à ceux qui le cultivent. Sur les 100 milliards de dollars de chiffre d'affaires générés chaque année dans le monde par la filière cacao-chocolat, seulement six milliards reviennent aux agriculteurs, selon la Banque Mondiale.

Le cacao reste cependant un pilier de l'économie ivoirienne. Sa culture fait vivre cinq à six millions de personnes, soit un cinquième de la population. Elle représente un tiers des exportations et 14% du PIB, selon la Banque Mondiale. 

La menace du swollen shoot 

Dans les champs ombragés par les cacaoyers hauts de deux à quatre mètres, aux belles feuilles aux couleurs nuancées du vert profond au rouge brun, les hommes s'activent en ce début de saison. Ils enlèvent les fruits secs ou pourris, taillent les gourmands (pousses stériles), coupent les herbes sous les arbres. Et ils commencent à récolter les cabosses de cacaoyers arrivées à maturité, d'une couleur jaune rougeâtre.

Mais la récolte de Salam Sawadogo a chuté en deux ans d'une tonne à 300 kg. Le responsable, c'est le swollen shoot, un virus qui décime les plantations de cacaoyers au Ghana et en Côte d'Ivoire, et qui lui a fait perdre deux de ses trois hectares. Il n'y a aucun traitement. On abat les arbres touchés pour tenter d'éviter la propagation. L'Etat indemnise les paysans à hauteur de 50.000 francs CFA (75 euros) par hectare abattu.  

Pour s'en sortir, les planteurs diversifient leur production avec des cultures vivrières: maïs, igname, manioc, arachide.

A court terme, il n'y a pas de menace sur la production de cacao ivoirienne (deux millions de tonnes), estime Michel Arrion, directeur exécutif de l'Organisation internationale du cacao, basée à Abidjan. Mais entre découragement des planteurs et propagation du swollen shoot, la situation pourrait encore se dégrader. 

Avec l'AFP

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article Cacao: les petits planteurs ivoiriens entre pauvreté et découragement, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.