Publicité

JUSTICE

Cameroun: meurtres de 13 civils, ouverture du procès des trois militaires le 17 décembre

Le procès de trois militaires poursuivis pour les meurtres de 13 civils - dont 10 enfants - lors d'une opération dans un village du nord-ouest séparatiste anglophone du Cameroun mi-février, s'ouvrira le 17 décembre, a annoncé mercredi à l'AFP le porte-parole de l'armée camerounaise. 

Crédit Photo : MARCO LONGARI
Crédit Photo : MARCO LONGARI

Des gendarmes en patrouille à Buea, la capitale du Nord-Ouest anglophone, le 3 octobre 2018.

Les autorités camerounaises ont admis mi-avril que dix enfants et trois femmes avaient été tués le 14 février par des militaires épaulés par une milice de l’ethnie peule dans le quartier de Ngarbuh du village de Ntumbaw, dans la région du Nord-Ouest. Pour l’ONU, au moins 23 civils, dont quinze enfants (neuf de moins de 5 ans) et deux femmes enceintes, avaient été tués. Les autorités de Yaoundé ont nié pendant deux mois toute responsabilité de son armée lors de cette opération, avant d'ouvrir une enquête sous la pression internationale. 

"Trois militaires sont renvoyés devant le tribunal militaire de Yaoundé pour meurtre, incendie et destruction, violence sur une femme enceinte et violation de consignes", a déclaré à l'AFP le porte-parole de l'armée, le colonel Cyrille Atonfack, en ajoutant que le procès débuterait le 17 décembre. Les soldats et un groupe d'autodéfense ont "donné l'assaut" contre une base de rebelles séparatistes et, "après des échanges de tirs au cours desquels cinq terroristes ont été abattus", ils ont "découvert que trois femmes et dix enfants avaient péri du fait de leur action", avait finalement admis en avril la présidence camerounaise.

Pendant deux mois, Yaoundé avait nié et affirmé que la mort de civils était la conséquence d'un "malheureux accident": l'explosion de conteneurs de carburant consécutive à des échanges de tirs entre soldats et séparatistes. "Nous nous félicitons de l'ouverture de ce procès, considérant que nous sommes passés d'un déni pur et simple à une enquête, à une déclaration présidentielle et maintenant à un procès", a réagi mercredi à l'AFP Ilaria Allegrozzi, chercheuse de l'ONG Human Rights Watch pour le Cameroun, qui estime toutefois que certains responsables du massacre, notamment les "individus haut placés dans la chaîne de commandement", devraient aussi être poursuivis. 

Les violences dans les deux régions anglophones Nord-Ouest et Sud-Ouest, où s'affrontent depuis trois ans des groupes rebelles séparatistes et les forces de sécurité, ont fait plus de 3.000 morts et 700.000 déplacés.

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article Cameroun: meurtres de 13 civils, ouverture du procès des trois militaires le 17 décembre, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.