Publicité

PRÉSIDENTIELLE 2021

Denis Sassou Nguesso depuis Pointe-Noire : 'mon expérience au service de la jeunesse'

Le Congo-Brazzaville a officiellement frappé vendredi les trois coups de la campagne pour l'élection du 21 mars, pendant laquelle le président Denis Sassou Nguesso, 77 ans dont 36 au pouvoir, va de nouveau solliciter la confiance de la jeunesse d'un pays en crise économique profonde.

Crédit Photo : EVGENIA NOVOZHENINA
Crédit Photo : EVGENIA NOVOZHENINA

Une photo d'archives, le 23 mai 2019, du président congolais Denis Sassou Nguesso, candidat à sa propre succession à la prédidentielle du 21 mars 2021.

Originaire d'Oyo dans le centre-nord du pays, le président sortant a lancé sa tournée électorale depuis la capitale économique et pétrolière Pointe-Noire (sud). "En ces moments d’incertitude, le peuple a besoin des hommes d’expérience. Et moi je mets mon expérience au service de toute la jeunesse", a lancé le chef de l'Etat septuagénaire à la tête d'un pays dont l'âge médian est de 19 ans d'après les Nations unies. Les questions économiques hantent les esprits des électeurs dans ce pays pétrolier qui anticipait un recul de 9% de son PIB avec le Covid-19.

Avant même la crise du Covid-19, le PIB par habitant plafonnait à 2.279 dollars en 2019, contre 3.922 dollars en 2012 à l'époque de l'euphorie pétrolière, selon la Banque mondiale. "La majorité des jeunes Congolais n’ont pas d'emplois. Nous ne voulons que du travail", a témoigné Fred Samba, 42 ans, chauffeur à Pointe-Noire. Le président sortant a de nouveau insisté sur l'urgence de sortir du tout-pétrole. "Au cours du prochain mandat si je suis élu, je propose un vaste programme de développement de l’agriculture au sens large. Notre pays importe pour 700 milliards de FCFA (un peu plus d'un milliard d'euros) de nourriture. C’est une honte".  Au total, un peu plus de 2,5 millions d'électeurs doivent départager sept candidats.

 Mise en garde contre les "violences"

Les deux principaux rivaux du président sortant sont deux anciens ministres passés à l'opposition, Guy-Parfait Kolélas et Mathias Dzon. Guy-Parfait Kolélas doit commencer sa campagne samedi à Ouesso dans l'extrême nord du pays au coeur de la forêt du bassin du Congo, que le régime s'est engagé à protéger dans le cadre des accords de Paris contre le réchauffement climatique. Ancien ministre des Finances, Mathias Dzon a prévu quant à lui samedi une parade motorisée dans les rues de Brazzaville, selon son équipe de campagne. Dans son éditorial vendredi, le quotidien les Dépêches de Brazzaville (pro-gouvernemental) a mis en garde contre des "violences physiques, verbales ou autres" pendant la campagne.

M. Kolélas était arrivé deuxième en mars 2016 lors de la réélection de M. Sassou Nguesso. Les résultats contestés du scrutin avaient allumé les feux d'une violente rébellion dans la région du Pool entre Brazzaville et Pointe Noire. L'armée avait lancé des représailles à huis-clos jusqu'à un cessez-le-feu annoncé en décembre 2017. Les violences avaient déplacé 140.000 civils, de source humanitaire. Un autre candidat de 2016, le général Jean-Marie Mokoko, a été condamné en mai 2018 à 20 ans de prison pour "atteinte à la sûreté de l'Etat", tout comme d'autres anciens dignitaires du régime qui avaient osé défier le régime. Les forces de sécurité sont invitées à voter dès le 17 mars, "dans les bureaux ordinaires et non dans des casernes comme certains le pensent" a déclaré jeudi à la presse Henri Bouka, le président de la Commission électorale."On ne sait pas si le fichier de la force publique a déjà été extrait du fichier général", s'inquiète Roch Euloge Nzobo, du Cercle pour la démocratie et les droits de l'homme (CDHD).  

Ancien officier, le président Sassou Nguesso a pris le pouvoir en 1979 dans ce pays alors aligné sur le bloc soviétique. Il a été battu lors des premières élections pluralistes de 1992 par Pascal Lissouba. Ce très rare exemple d'alternance pacifique en Afrique centrale a pris fin en 1997 avec le retour au pouvoir de M. Sassou Nguesso, après une guerre civile avec les forces de M. Lissouba. 

LSI AFRICA avec Laudes Martial Mbon, Samir TOUNSI

Commentaires (1)

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article Denis Sassou Nguesso depuis Pointe-Noire : 'mon expérience au service de la jeunesse', ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Derniers commentaires

MF
Mbua ya bola

Il parle de la jeunesse,juste pour la flatter de voter pour lui.Mais,c'est peine perdue;il les a contraints au chômage en tuant l'école.Plus encore,il a dilapider 14.000 milliards des générations futures.Toutefois,il est prodigieux en promesses non tenues,comme s'il s'adressait à ses enfants ou ministres esclaves qui n'ont comme objectif prioritaire,que le maintien de leurs avantages acquis dans l'aveuglement honteux et abject.

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.