Publicité

EXCLUSIF

Côte d'Ivoire: Amadou Gon Coulibaly s'attire les foudres du président Ouattara

Désigné candidat du RHDP à la présidentielle ivoirienne d'octobre 2020, Amadou Gon Coulibaly, "AGC", fait de plus en plus l'objet de questionnement sur les bords de la Lagune Ébrié sur sa capacité à endosser ce costume de "Dauphin". En campagne avant l'heure, le Premier ministre ivoirien s'est attiré les foudres de son mentor, Alassane Ouattara.

Crédit Photo : LSIA
Crédit Photo : LSIA

Alassane Ouattara et son Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly.

Tout est parti de l'échec de la mise en quarantaine de dizaines de passagers en provenance de France et de Chine mi-mars 2020. L'incident avait provoqué un tollé et obligé plusieurs ministres à s'expliquer sur les faveurs accordées à des familles de hautes personnalités ivoiriennes. Selon les informations exclusives de LSI AFRICA, ce "deux poids deux mesures" aurait irrité au plus haut point le président ivoirien Alassane Ouattara qui a dû procéder à un recadrage en règle de son Premier ministre dont la responsabilité était clairement engagée dans le dossier. "Le ton était ferme", nous a confié notre source au sein du palais présidentiel ivoirien avant de poursuivre : "Le président lui a dit les choses dans un langage clair, cela ne devrait plus se produire car l'image renvoyée à l'opinion était désastreuse", fin de citation. Mais cet incident n'était visiblement que le premier....

La campagne électorale avant l'heure...

Des dons de porte à porte aux familles défavorisées avec des interviews réalisées par des pseudos journalistes militants du RHDP, des sachets d'eau à l'effigie du candidat Amadou Gon Coulibaly, etc. Les dons effectués ça et là au nom du Premier ministre ivoirien passent de plus en plus mal dans l'opinion au point de parvenir aux oreilles du Chef de l'état ivoirien.  Agacé, Alassane Ouattara a de nouveau interpellé son Premier ministre sur cette récupération politique maladroite de ses partisans et menacé de sévir. Si l’intéressé a d'abord nié toute implication dans ces initiatives, il a très vite été confondu par les rapports détaillés déposés sur le bureau d'Alassane Ouattara. Les rapports indiquent une implication stratégique et financière de Amadou Gon Coulibaly lui-même. Pris dans la nasse, AGC a instruit ses services de communication de produire un communiqué pour tenter de déminer le bad buzz. Trop tard. Soumaila Koné est un vendeur de téléphones portables à Abobo. Ce militant de première heure du RDR est révolté : "c'est honteux ce qu'il fait, il veut surfer sur la pauvreté des populations pour recueillir des voix, c'est contraire aux prescriptions du Coran. On ne lui pardonnera pas cette trahison", a-t-il lâché.

Des épouses encombrantes 

Elles étaient jusque là méconnues du grand public. En une trentaine d'années de carrière politique, les épouses de Amadou Gon Coulibaly ne s'étaient jamais ouvertement engagées en politique. Mais depuis plusieurs mois, elle sont devenues très actives dans la politique et le milieu des affaires, au point de faire l'objet de notices régulières des services de renseignements ivoiriens. Aux domiciles respectifs des épouses Coulibaly, c'est un ballet incessant de laudateurs, de militants et sympathisants du RHDP. Des prières et des cérémonies de sacrifice sont régulièrement organisées, des soutiens financiers à différents projets des femmes et des jeunes, des dons de tout genre, l'argent coule à flot.

Au Palais présidentiel, la situation a fortement agacé "ADO", au point que ce dernier a demandé une quarantaine forcée à son Premier ministre au mois de mars dernier. Car, contrairement au communiqué signé du directeur de cabinet Emmanuel Ahoutou Koffi qui annonçait un auto-confinement du Premier ministre après avoir été en contact avec une personne testée positive, ce sont les visites incessantes orchestrées par ses épouses qui ont inquiété le président ivoirien. Alassane Ouattara qui connaît mieux que quiconque le dossier médical de son Premier ministre a préféré jouer la carte de la prudence pour éviter le COVID-19 à son dauphin, nous indique un visiteur nocturne du président ivoirien.

Erreur de casting...

Plusieurs cadres influents du RHDP apportent publiquement leur soutien au successeur désigné du président ivoirien Alassane Ouattara depuis plusieurs semaines. Mais derrière les sourires et appels à la mobilisation, c'est la soupe à la grimace. Joint par téléphone, un cadre du RHDP a accepté de répondre à nos questions uniquement sous anonymat. Cet ancien ministre est formel : "Amadou Gon Coulibaly manque de charisme, c'est une évidence, il n'est pas rassembleur et sa communication l'enfonce chaque jour. Il n'a pas simplement l'étoffe, mais c'est le choix du président, nous étions obligés de nous aligner", a-t-il conclu avec une pointe d'aveu de faiblesse.

A huit mois de l'élection présidentielle ivoirienne, Amadou Gon Coulibaly, dauphin désigné du président Ouattara a du mal à convaincre. Communication, charisme, mobilisation, stratégies et projets politiques marquent le pas. Pendant ce temps, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé sont toujours en attente d'un dénouement pour leur procès et Guillaume Soro, leader de Générations et Peuples solidaires est contraint à l'exil depuis le 23 décembre 2019. De source crédible, on apprend que plusieurs cadres historiques du parti RHDP prédisent un avenir politique à la "Ramazani" à AGC. En, effet, Emmanuel Shadary Ramazani fut le dauphin désigné de Joseph Kabila en RD Congo. Malgré les moyens colossaux dont il disposait, il n'a pu s'imposer lors de la présidentielle congolaise, battu par Félix Tshisekedi. AGC et Ramazani, même destin ? Wait and see !

Alexandre Meunier à Abidjan

Commentaires (17)

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article Côte d'Ivoire: Amadou Gon Coulibaly s'attire les foudres du président Ouattara, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Derniers commentaires

AK
Amara

Aaaaaah la politique, ce n'est pas pour les saints.

AK
Amara

Aaaaaah la politique, ce n'est pas pour les saints.

AK
Amara

Aaaaaah la politique, ce n'est pas pour les saints.

CG
Camille

Nous verrons tous , quelques-un disais bien que le choix de Gon Coulibaly ne reflète pas la base ,et Gon Coulibaly est le choix du président Allasane Ouattara et non le choix du RHDP, qui vivra verra

SG
SERGE

Il devrait se laisser coacher par son parrain. En principe il devrait lui faire des propositions de toutes ses initiatives au préalable pour validation avant exécution.

ND
Nicole

C'est dommage de manquer d'intelligence et de savoir-faire quand on arrive à ce niveau de responsabilité sociale ! Encore une question d'éducation ! Tellement grossier comme comportement , dans un contexte de crise sanitaire qu'on se demande si ces personnalités sont normales : elles piétinent tout pour se positionner où se maintenir !
Et Dieu dans tout ça ! Une véritable misère morale et spirituelle !
Que Dieu sauve la Côte d'Ivoire et. l'Afrique !

SC
Sekou

L'union sera la clef incontournable sans cette union la sortie du tunnel restera aléatoire.

MK
Moukila

Ouattara s'est trompé de dauphin. Il a perdu Guillaume Soro en écoutant les oiseaux de mauvaises augures, il va bientôt perdre Hamed Bakayoko frustré d'être relégué au rang de bon petit, la défaite de AGC sera terrible pour lui et son clan. Case prison pour tous.

MS
Marcel

Merci de nous informer, j'ai cru que votre média était un tas de fakenews quand vous avez sorti certains dossiers, mais depuis je suis devenu un abonné Fidele et je vous félicite pour le travail remarquable. Que Dieu bénisse vos familles. Nous, africains de la diaspora sommes fiers d'avoir des infos crédibles. Noubliez' pas de nous informer sur nos frères africains en Chine.

MM
Manjou

Si le choix du président s’impose aux militants pour l’election, ça c’est une obligation mais le charisme du candidat et son oration face à toute la population lui reviennent tout seul. Ceci se traduit par “aimable pour gagner ou antipathie pour perdre.

En un mot, le choix imposé et l’abondant ne font jamais chemin pour la victoire de ce candidat point

LZ
Laurent

Les artistes chanteurs de Côte d'Ivoire disent:(le chien du chef de village, n'est pas le chef des chiens du village),

Wc
Wachiof

Le Prado devrait pas laisser filer GKS c'était une erreur, d'autres partiront.

JS
Jean Patrick

Monsieur Alexandre meunier je ne sais pas si vous êtes journaliste ivoirien, j'apprécie votre article rédigé dans un esprit particulièrement apolitique, ce qui est rare chez nos journalistes d'aujourd'hui
Bravo pour votre article.

JS
Jean Patrick

Merci de n'avoir pas publier mon précédent commentaire car je me suis trompé. J'ai voulu vous féliciter pour votre impartialité et non "apolitique"...

NA
N'DRI

Pour s'entêter à imposer cet individu sans charisme alors que ce parti regorge pleins de présidentiables? Pour quoi imposer? C'est de la dictature venant d'un pseudo démocrate.

KC
Kolo

Vraiment c'est dur pour lui.

GB
Guy Alain

Bonjours chers tous. Merci à tous pour vos réflexions au fin de pointr du doigt les bêtises humaines, ou faire des suggestions pour rendre la vie acceptable à tous. Le premiers constat que je fais c'est que les différents gouvernements qui nous ont géré à ce jour ont tous eu en bonne place 1) leur politique de rattrapage ethnique aux affaires d'état. 2)Leur politique de rattrapage de la mise en valeur effective de leurs régions. 3) L'axe principal de leur politique de développement porte essentiellement et uniquement sur les mécanismes de développement qui s'aperçoivent à l'œil nu tels que les boulevards ou autoroutes, les ponts, et les prix d'achat de nos produits d'exportation de nos régions qui sont très au dessus des prix des autres spéculations des autres régions qui ne leur sont pas à cent pour cent favorables. 4) La disproportion inégale et illégitime des représentations parlementaires qui n'ont rien avoir avec la densité régionale et le minimum d'équipements de développement pour faire la différence entre un campement, un village, un gros village, une sous préfecture, une préfecture et un chef lieu de région. 5) Tout chef de l'exécutif devrait à l'avenir gérer le pays avec une équipe de personnalités compétentes dans tous les domaines recrutés après appels à candidature dans tous les secteurs d'activité qui veilleront au bon fonctionnement des régions qui devrons obtenir des fonds annuels qui leur permettront de mettre à la disposition de tous les services de leur régions des budgets de fonctionnement conséquent pour atteindre les objectifs de l' état par secteur. Les avancements, les primes, les indemnités, les moyens matériels, les outils informatiques, les moyens de déplacement doivent faire l'objet d'évaluation trimestrielle et annuelle sanctionnées par des bonus ou des retraits de bonus, avec ou et sans décoration. Les moyens doivent être disponibles pour que dès l'entrée en service d'un agent, ce dernier n'est pas de soucis ni à la maison ni au travail. Que les meilleurs dans le rendement soit récompensés sans tenir compte de leur niveau d'origine. Les régions les plus méritants bénéficieront d'avantage de moyen pour insuffler au plan national une saine émulation. Un bon président de la République ne devrait rien n'avoir avec les élections locales et doit être très distant des chapelles politiques. Laissez les régions animer les institutions de la République en tenant compte de leurs représentations réelles au sein du sénat et du Parlement sans tripatouillage dans le choix de leurs dirigeants. 6) Et si unanimement on confiait notre destin à une femme pour un mandat de dix ans renouvelable une fois à compter des futures élections d'octobre 2020 pour expérimenter cette vision.Si on convient que le PR et Ses Représentants n'ont rien avoir de près ni de loin avec les élections, si son mandat de dix ans est très bien géré, les représentants du peuples après avoir pris l'avis du peuple peuvent le reconduire ou non pour éviter des gaspillages pendant les élections. Je vous remercie.

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.