Publicité

PRÉSIDENTIELLE 2020

Côte d'Ivoire: à Daoukro, les manifestations virent au conflit communautaire

"On ne veut plus d’eux ici", menacent des jeunes en colère: les manifestations contre la candidature à un troisième mandat du président Alassane Ouattara se sont muées en conflit entre communautés à Daoukro, fief de l’ex-chef d'Etat Henri Konan Bédié dans le centre de la Côte d'Ivoire.

Crédit photo : SIA KAMBOU
Crédit photo : SIA KAMBOU

Une rue de Daoukro en Côte d'Ivoire jonchée de débris le 15 août 2020 après des affrontements entre communautés.

Samedi, Apollinaire N'Goran Kouamé, 45 ans, a été tué par balle alors qu'il montait la garde en compagnie des jeunes de la localité d'Anoumabo située près de Daoukro. M. Kouamé était de l'ethnie baoulé soutenant Henri Konan Bédié, lui-même un Baoulé originaire d'Anoumabo âgé de 86 ans et candidat à la prochanie présidentielle d'octobre face à Alassane Ouattara. A l'annonce de cette mort, ses jeunes partisans en furie, armés de fusils de chasse, de gourdins et de machettes, se sont rués vers le quartier peuplé majoritairement de Malinké soutenant Ouattara pour en découdre.

De jeunes malinké étaient de leur côté sur le pied de guerre et la gendarmerie a dû s’interposer pour les faire reculer et faire baisser la tension. Dans la ville de Daoukro, la même méfiance s’est installée entre les communautés baoulé et malinké qui s’accusent mutuellement des dégâts causés. Des barricades ont été dressées sur des artères où des jeunes montent la garde pour "défendre leur maison et leur vie contre les assaillants".

A Baoulékro, quartier situé à quelques encablures de la résidence de M. Bédié, plusieurs maisons ont été incendiées et la plupart des habitants ont fui, craignant les "attaques" de Malinké. Les rues sont jonchées de cailloux, de morceaux de verres cassés et de restes de pneus incendiés. Dans le quartier malinké de Dioulakro, tous les commerces, marchés et stations-essence étaient paralysés."Nous, on ne voulait pas les empêcher de manifester. C’est quand ils ont commencé à casser les camions, les magasins, on a dû se défendre pour protéger notre commerce", explique un jeune malinké assis sur une moto, soutenu par ses camarades.

"Nous demandons la paix" 

"Regardez tous ces dégâts qu’ils ont fait", ajoute-t-il en montrant un magasin incendié et la rue jonchée de morceaux de verre. Les trois jours de violences ont également porté un coup dur aux sièges du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) de M. Bédié et du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) du président Ouattara, qui ont été saccagés. Entre Baoulékro, le quartier des Baoulé et Dioulakro, les forces de l’ordre ont installé une "zone tampon" dans laquelle elles patrouillent.

"On a évité le pire ça aurait pu être un carnage", affirme Adama Kolia Traoré, président du conseil qui administre la ville de Daoukro où il y a eu selon lui "au moins cinq morts et aujourd'hui" et "116 blessés" en trois jours. "Nous demandons seulement la paix", sanglote Marcelline Kouamé Aya, une ménagère trentenaire, en marchant dans les décombres de sa maison familiale dans le quartier Baoulékro. Le président Alassane Ouattara, 78 ans, élu en 2010 puis réélu en 2015, avait annoncé dans un premier temps en mars passer le relais à son Premier ministre Amadou Gon Coulibaly. Mais celui-ci est décédé le 8 juillet d'un infarctus.

Après ce décès, M. Ouattara a annoncé le 6 aout qu'il briguerait finalement un troisième mandat. La Constitution limite à deux les mandats présidentiels, mais opposition et pouvoir sont en désaccord sur l'interprétation de la réforme adoptée en 2016: les partisans de Ouattara affirment qu'elle a remis le compteur des mandats à zéro, ses adversaires jugent anticonstitutionnelle une troisième candidature.

LSI AFRICA avec l'AFP

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article Côte d'Ivoire: à Daoukro, les manifestations virent au conflit communautaire, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.