Publicité

MASSACRE

15 ans après l'horreur, des villageois vivent encore dans la peur

Souleiman Yakoub se souvient comme si c'était hier de ce jour où il a été pendu et laissé pour mort en 2004 par des miliciens arabes ayant attaqué son village soudanais du Darfour et mis le feu aux maisons.

Crédit Photo:
Crédit Photo:

Image d'illustration.

"Les villageois ont été exécutés devant mes yeux", raconte M. Yakoub, 59 ans, habitant de Shattaya, village du Darfour attaqué par la milice des Janjawids en février 2004, au plus fort du conflit dans cette région de l'ouest du Soudan ravagée par la guerre. "J'ai été menotté et pendu à un arbre, mais j'ai survécu", ajoute-t-il, montrant la cicatrice toujours visible sur son cou. "On ne se sent toujours pas en sécurité".

Selon les villageois, 1.800 personnes ont été tuées lorsque des hommes armés ont attaqué Shattaya, montés sur des chevaux, des chameaux et des motos, et armés de fusils et de lances-roquettes. Les violences au Darfour ont éclaté en 2003 quand des minorités ethniques, s'estimant marginalisés, se sont révoltées et ont pris les armes contre le gouvernement central soudanais aux mains des arabes et dirigé par le président déchu Omar el-Béchir.

Pour réprimer cette rébellion, Khartoum a formé une milice armée, les Janjawids, recrutant parmi des nomades en majorité arabes. Ces miliciens ont été accusés de mener une politique de la terre brûlée, pillant, incendiant, et violant dans les villages suspectés de soutenir les rebelles. Environ 300.000 personnes sont mortes dans ce conflit qui a également fait 2,5 millions de déplacées, selon l'ONU.

En 2007, des milliers de Casques bleus ont été déployés au Darfour dans le cadre d'une mission conjointe ONU-Union africaine, mais leur nombre a diminué depuis mi-2018, à la faveur d'une baisse des violences. Comme Yakoub, beaucoup de villageois ont profité de l'apaisement pour revenir à Shattaya, après des années passées dans des camps de déplacés insalubres.

Avec l'AFP

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article Darfour: 15 ans après l'horreur, des villageois vivent encore dans la peur, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.