Les Rencontres Africa
Publicité

POLITIQUE

La défense demande sa libération sous caution

Le président soudanais déchu Omar el-Béchir est apparu samedi pour la deuxième audience de son procès pour corruption devant un tribunal de Khartoum où la défense a réclamé sa libération sous caution.

Crédit Photo: EWTN
Crédit Photo: EWTN

Omar El-Béchir.

Le procès de M. Béchir, déposé par l'armée le 11 avril après 30 ans au pouvoir, s'est ouvert le 19 août. Il fait face à des accusations de "possession de devises étrangères, de corruption" et de trafic d'influence. Vêtu d'une robe blanche traditionnelle, l'ancien homme fort du pays, âgé de 75 ans, a été placé dans une cage en métal comme lors de la première audience.

Le 19 août, un enquêteur avait affirmé que M. Béchir avait avoué avoir reçu d'importantes sommes d'argent saoudien en espèces --à hauteur de 90 millions de dollars (80 millions d'euros). Samedi, le juge a entendu trois témoins, dont deux enquêteurs qui avaient perquisitionné sa résidence, où avaient été trouvées de grosses sommes d'argent.

De son côté, la défense a demandé la libération de M. Béchir, arrêté le 11 avril dans la foulée de sa destitution."Nous demandons à la cour de libérer sous caution l'accusé", a déclaré Hachem Abou Bakr, son avocat. Le juge a répondu qu'il examinerait une requête écrite dans ce sens.

Le procès de M. Béchir ne concerne pas les accusations de crimes de guerre, crimes contre l'humanité et de génocide dans la région du Darfour (ouest) pour lesquelles il est recherché par la Cour pénale internationale (CPI) depuis une décennie. Après l'audience, alors qu'une très important convoi ramenait l'ex-président en prison, deux groupes différents ont manifesté près du tribunal.

L'un, composé de plusieurs dizaines de manifestants, a lancé des slogans réclamant que M. Béchir ne soit pas seulement jugé pour corruption mais aussi pour son rôle présumé dans plusieurs conflits, dont celui du Darfour. "Béchir est un assassin", "Il doit faire face à la justice", criaient des protestataires.

Un autre groupe plus petit a lui exprimé son soutien à l'ex-président, forcé de quitter le pouvoir le 11 avril sous la pression d'immenses manifestations contre le régime. La deuxième audience du procès survient alors que le pays s'est doté mercredi d'un Conseil souverain, composé de six civils et cinq militaires, chargé de mener la transition vers un pouvoir civil.

Avec l'AFP

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaite à l'article Procès de Béchir: la défense demande sa libération sous caution, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajouter votre commentaire il sera mise en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.