Publicité

JUSTICE

Guinée : cinq opposants inculpés et écroués à Conakry

Cinq figures de l'opposition interpellées la semaine dernière en Guinée, dans la foulée des violences qui ont suivi la réélection controversée du président Alpha Condé, ont été inculpées pour «atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation» et écrouées à Conakry, ont confirmé lundi 16 novembre leur avocat.

Crédit Photo : Seyllou
Crédit Photo : Seyllou

Image d'illustration.

Cellou Baldé, Ousmane Gaoual Diallo, Abdoulaye Bah et Etienne Soropogui ont été déférés lundi devant un juge d'instruction du tribunal de Dixinn, dans la banlieue de Conakry, qui les a inculpés de «fabrication et détention d'armes de guerre et atteintes aux intérêts fondamentaux de la nation», a indiqué leur avocat, Salifou Béavogui. Ils ont été placés sous mandat de dépôt et transféré à la prison civile de Conakry, selon la même source. Un autre opposant, Ibrahima Chérif Bah, avait été inculpé pour les mêmes motifs et placé sous mandat de dépôt dès vendredi, selon Béavogui.

«Nos clients sont toujours séparés (les uns des autres)», a déclaré lundi Béavogui à un groupe de journalistes. Ils sont «confiants, le moral au beau fixe parce qu'ils sont convaincus de leur innocence, ils sont simplement poursuivis pour des raisons politiques», a-t-il ajouté. Le procureur du tribunal de Dixinn, Sidy Souleymane Ndiaye, n'a pas souhaité s'exprimer.

Le parquet avait déclaré que ces cinq hommes figurent parmi les six opposants déclarés comme «activement» recherchés à la suite des violences électorales, et plus précisément pour avoir «proféré des menaces de nature à troubler la sécurité et l'ordre publics». Cellou Baldé, Ibrahima Chérif Bah, Ousmane Gaoual Diallo et Abdoulaye Bah sont des responsables de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), le parti dirigé par le principal challenger de Condé à la présidentielle, Cellou Dalein Diallo. Etienne Soropogui est également une figure d'opposition qui avait appelé à voter pour Diallo. Le sixième opposant, Sékou Koundouno, également membre de l'UFDG, était toujours recherché lundi.

Alpha Condé, définitivement proclamé le 7 novembre par la Cour constitutionnelle président de la Guinée pour un troisième mandat consécutif à l'âge de 82 ans, après des mois d'une contestation qui aura coûté la vie à des dizaines de civils, affirme qu'aucune «chasse aux sorcières» n'était en cours dans son pays. «Il n'y a pas de chasse aux sorcières. Personne n'est ciblé, sauf les gens qui sont accusés d'avoir commandité» les violences autour du récent scrutin présidentiel, a déclaré Condé, interrogé vendredi 13 novembre par l'AFP et la radio RFI. «Puisque nous avons arrêté des gens, c'est à la justice de trancher», a-t-il ajouté.

LSI AFRICA avec l'AFP

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article Guinée : cinq opposants inculpés et écroués à Conakry, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.