Publicité

CRISE

Guinée: l'opposition veut boycotter et empêcher les législatives de février

L'opposition guinéenne a durci le ton lundi en annonçant qu'elle boycottera les législatives du 16 février, et même qu'elle "empêchera" leur tenue, dans un pays en proie à des violences meurtrières en raison de l'intention prêtée au chef de l'Etat Alpha Condé de briguer un troisième mandat en 2020.

Crédit Photo: AFP / Archives
Crédit Photo: AFP / Archives

L'opposition juge que ces législatives, si elles sont organisées dans ces conditions, serviraient le projet attribué à M Condé de briguer sa propre succession.

"Nous avons décidé que nous ne pouvons pas participer. Il ne s'agit pas de boycotter et de rester les bras croisés. Nous allons empêcher que ces élections aient lieu", a lancé devant la presse le chef de file de l'opposition, Cellou Dalein Diallo, à l'issue d'une réunion des dirigeants d'une vingtaine de partis.

Dénonçant une "mascarade électorale", M. Diallo a justifié cette décision par des divergences avec le pouvoir, notamment sur la révision du fichier électoral. "Il y a eu un enrôlement massif des mineurs", tandis que "des gens qui en ont le droit n'ont pas été autorisés à s'enrôler", a-t-il affirmé. "Nous ne pouvons pas accepter qu'une élection basée sur ce fichier soit organisée".

L'opposition juge que ces législatives, reportées à plusieurs reprises, serviraient, si elles sont organisées dans ces conditions, le projet attribué au président Condé de briguer fin 2020 sa propre succession.Alpha Condé, élu en 2010 et réélu en 2015, a confirmé la semaine dernière ce que tout le monde attendait depuis des mois. Il compte soumettre aux Guinéens un projet de nouvelle Constitution, a priori par référendum, à une date qu'il n'a pas précisée.

Opposant historique qui connut l'exil et la prison, M. Condé a été le premier président de la Guinée démocratiquement élu. Son avènement a marqué l'instauration d'un gouvernement civil après des décennies de régimes autoritaires et militaires.Mais après une évolution encourageante, les défenseurs des droits rapportent une régression ces derniers mois. L'opposition dénonce une dérive "dictatoriale" de M. Condé.

Les organisations africaines et la communauté internationale redoutent l'escalade dans un pays à l'histoire tourmentée, coutumier des manifestations et des répressions brutales. Les pressions internationales ont semblé ne pas avoir de prise sur M. Condé.

Avec l'afp

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article Guinée: l'opposition veut boycotter et empêcher les législatives de février, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.