Publicité

CONTESTATION

Lesotho : contesté et menacé, le Premier ministre fait intervenir l'armée

Le Premier ministre du Lesotho Thomas Thabane a ordonné samedi le déploiement de l'armée dans les rues du petit royaume, nouvel épisode de la grave crise qui l'oppose à ses adversaires politiques depuis sa mise en cause dans le meurtre de son ex-femme.

Crédit Photo : Samuel Lepzerd
Crédit Photo : Samuel Lepzerd

Thomas Thabane.

Lors d'un discours surprise à la radio et à la télévision nationales, M. Thabane a annoncé l'intervention des militaires afin de "rétablir la paix et l'ordre"."Nous sommes surpris que certaines personnes et institutions (...) s'en prennent aux principes et à l'autorité qui assurent la stabilité et la démocratie dans le pays", a-t-il déclaré. "Nous avons donc déployé l'armée pour reprendre le contrôle de la situation et prendre les mesures nécessaires contre ses éléments".

Des soldats armés et équipes de casques et de gilets pare-balles patrouillaient samedi matin à pied ou à bord de véhicules blindés dans les rues de la capitale Maseru, a constaté une journaliste de l'AFP.Le chef de la police et ses deux adjoints ont été arrêtés par l'armée, a indiqué sous couvert d'anonymat à l'AFP une source officielle. Aucun ministre, responsable du parti au pouvoir ou de l'opposition n'a pu être joint immédiatement.

 Démission attendue 

Ces mesures "ont été prises pour éviter de mettre la Nation en danger et pour assurer sa protection, ainsi que pour essayer d'endiguer l'épidémie de Covid-19", a également justifié le Premier ministre. Le Lesotho traverse une sérieuse crise politique depuis la mise en cause il y a plusieurs mois de M. Thabane, 80 ans, dans l'assassinat le 14 juin 2017 de son épouse de l'époque, Lipolelo Thabane, avec laquelle il était alors en instance de divorce.

A la tête du petit royaume depuis plus de deux ans, M. Thabane devrait être bientôt formellement inculpé pour sa participation à cette affaire. Son épouse actuelle Maesaiah Thabane, 43 ans, a déjà été formellement accusée en février du meurtre de sa rivale et placée en liberté sous caution.

Privé du soutien de son parti, la Convention de tous les Basotho (ABC), depuis que l'affaire a éclaté sur la place publique, Thomas Thabane avait annoncé en février sa démission "d'ici à la fin juillet". Le Parlement a récemment adopté une loi interdisant à M. Thabane d'appeler à de nouvelles élections au cas où les députés voteraient une motion de censure contre lui.

Avec l'AFP

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article Lesotho : contesté et menacé, le Premier ministre fait intervenir l'armée, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.