Publicité

CRISE

Libéria : une pénurie d'essence met la patience des populations à rude épreuve

Depuis plus de 10 jours, les files s'allongent interminablement aux abords des stations-service de Monrovia, la capitale du Liberia. En cause: des erreurs dans les calculs des réserves d'essence et l'encombrement des bassins du port, où les plus gros tankers ne parviennent plus à accoster.

Crédit Photo: Carielle Doe
Crédit Photo: Carielle Doe

Tuk-tuks et voitures font la queue à une station-service de Monrovia le 5 février 2020.

Les pénuries d'essence ne sont pas rares dans ce petit pays pauvre d'Afrique de l'Ouest. Mais la longueur de l'attente, le rationnement des quantités vendues, l'augmentation des prix et la durée de la crise mettent cette fois les nerfs des Libériens à rude épreuve. "Je suis là depuis 05H00 du matin, il est 08H00 et je n'ai toujours pas pu prendre d'essence. Je pense que les enfants vont manquer l'école", témoignait cette semaine à Monrovia Victor Gray, un père de famille de 45 ans, après avoir dormi quelques heures avec ses enfants dans sa voiture.

Des consommateurs en colère ont bloqué des routes, selon des médias locaux, et les chauffeurs de taxi et de minibus ont augmenté leurs prix pour répercuter la hausse du coût de l'essence, une mauvaise nouvelle dans un pays déjà frappé par une inflation d'environ 30% par an. Le manque d'essence dans les pompes est en partie dû à une surestimation de leurs réserves par les sociétés distributrices, selon un responsable de la Compagnie nationale de raffinage du pétrole (LPRC).

Mais le plus gros problème est que les pétroliers de haute mer n'ont pas pu accoster au port de Monrovia depuis des semaines, selon des responsables libériens. Des détritus de toute sorte drainés dans les eaux du port lors de la saison des pluies n'ont pas été retirés et les navires ayant un tirant d'eau de plus de 10 mètres ne peuvent plus atteindre les quais, a expliqué le directeur de l'Autorité portuaire nationale du Liberia, Bill Tweahway.

 Trois semaines de dragage 

Selon le gouvernement, le dragage du port devrait commencer dans les prochains jours afin de permettre aux navires à tirant d'eau de 13 mètres d'y entrer. "Dans trois semaines, notre port sera prêt, et même mieux qu'avant", assure M. Tweahway. En attendant, le niveau de frustration reste élevé. Emmanuel Gaye, un fonctionnaire, explique qu'il ne pourra plus payer ses frais d'essence, qui ont doublé ces dernières semaines, pour se rendre au travail si la pénurie se prolonge.

"Ça ne peut pas continuer comme ça", peste pour sa part Solomon Fayah, assis au volant de sa voiture dans une file depuis des heures. Deux ans après son arrivée au pouvoir, le président George Weah, élu en promettant de relancer l'économie et de créer des emplois, a lancé le 22 janvier un appel à la patience et demandé un "soutien résolu" à ses concitoyens. Des milliers de manifestants se sont rassemblés le 6 janvier à Monrovia pour protester contre la situation économique. Des manifestations similaires avaient eu lieu en juin et en juillet.

Avec Reuters

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article Libéria : une pénurie d'essence met la patience des populations à rude épreuve, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.