Publicité

CRISE

Enlisés près de Tripoli, les belligérants intensifient les raids aériens

Face à l'enlisement de la bataille pour le contrôle de Tripoli, les belligérants libyens changent de tactique et intensifient leurs raids aériens, une escalade militaire dont s'est alarmé l'émissaire spécial de l'ONU, en les exhortant à la trêve.

Crédit Photo: AACOM
Crédit Photo: AACOM

Image d'illustration.

 Depuis le début de l'offensive lancée le 4 avril par l'homme fort de l'Est libyen, le maréchal Khalifa Haftar, pour reconquérir Tripoli, ses troupes tentent de maintenir leurs positions aux abords de la capitale, sans parvenir à progresser.

En face, les forces loyales au Gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par l'ONU, essaient de les repousser, tout en peinant à reprendre du terrain au sud de Tripoli. "L'incapacité d'un camp comme de l'autre à progresser militairement (...) les pousse à repenser autrement leurs tactiques militaires", explique à l'AFP Khaled al-Montasser, professeur à l'université de Tripoli.

Les deux parties ciblent désormais "les bases arrière et les centres d'approvisionnement et de rassemblement des troupes" de l'adversaire "pour l'affaiblir", analyse-t-il. Illustrant ce revirement tactique, les deux camps ont intensifié depuis vendredi leurs frappes aériennes à l'aide d'avions de combat et drones.

Samedi et dimanche, l'autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL) du maréchal Haftar a annoncé avoir bombardé "plus de dix cibles, soigneusement sélectionnées", dont l'Ecole militaire à Misrata, à 200 km à l'est de Tripoli. Selon le gouvernement de Tripoli, cinq médecins ont été tués dans ce raid.

Des frappes qui interviennent peu après celles menées vendredi par les forces pro-GNA contre la base d'al-Joufra --à 650 km au sud de Tripoli-- un site stratégique pour les troupes du maréchal Haftar après la perte fin juin de leur base arrière à Gharyan. "Nous avons l'ordre de libérer al-Joufra des milices Haftar. C'est une base d'approvisionnement importante pour ses forces", a affirmé mardi à l'AFP Moustafa al-Mejii, porte-parole des forces du GNA.

"Le GNA espère une grande victoire comme celle de Gharyan", estime l'analyste libyen Jalal al-Fitouri. Reprendre al-Joufra permettrait d'"isoler les forces de Haftar", juge-t-il.  De cette base décollent les avions et les drones du maréchal, affirme le général Oussama Juili, qui assure sur Facebook qu'elle est gardée par "des opposants soudanais et des mercenaires étrangers". Les deux parties s'accusent mutuellement d'être soutenue par des pays étrangers.

Avec l'AFP

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaite à l'article Libye: enlisés près de Tripoli, les belligérants intensifient les raids aériens, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajouter votre commentaire il sera mise en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.