Publicité

INDIGNATION

L'armée accusée d'homophobie après le passage à tabac d'une transsexuelle

Des images montrant un soldat qui fouette une transsexuelle au Malawi ont causé une vague d'indignation chez les défenseurs des droits de l'Homme et la communauté LGBT, qui a dénoncé le traitement réservé aux minorités sexuelles dans ce pays. 

Crédit Photo: Dave Scott
Crédit Photo: Dave Scott

Image d'illustration.

Dans une vidéo de 18 secondes non datée publiée sur les réseaux sociaux, un militaire en tenue s'en prend, avec un fouet, à une personne assise dans une petite pièce au sol bétonné. Il la frappe à plusieurs reprises sur ses pieds nus puis sur les fesses, avec l'aide d'un autre militaire qui maintient la victime à terre en la frappant d'une main. Vendredi, l'armée a confirmé le traitement infligé à cette personne dans une caserne de la capitale Lilongwe, mais a rejeté tout comportement homophobe.

"La vérité est que la personne a été frappée parce qu'elle a volé une voiture appartenant à un officier de l'armée, et non parce qu'elle est transgenre", a assuré à l'AFP le porte-parole de l'armée, Paul Chiphwanya. La militante malawite LGBT Beatrice Mateyo a réagi avec "colère" à ces images. "Les hommes en uniforme sont censés être les premiers à protéger les droits des autres, indépendamment de leur orientation de genre et de sexe", a-t-elle souligné.

Les militaires "auraient dû suivre les moyens légaux pour résoudre la situation et non pas faire la loi eux-mêmes", a poursuivi la responsable Coalition pour l'émancipation des femmes et des filles. Le directeur de l'organisation Human Rights Watch (HRW) pour l'Afrique australe, Dewa Mavhinga, s'est indigné sur Twitter des "violences horribles et des violations graves des droits humains" commises dans cette vidéo. 

Les Nations unies, par l'intermédiaire de leur coordinatrice résidente au Malawi, Maria Jose Torres, ont fait part de leur "inquiétude" et exigé une enquête. Selon la police, aucune plainte n'a été déposée à ce jour dans cette affaire. Le Malawi, pays pauvre d'Afrique australe, est ancré dans des traditions séculaires. Les relations homosexuelles y sont interdites, comme dans de nombreux pays du continent, et passibles d'une peine de quatorze ans de prison.

Avec l'AFP

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article Malawi: l'armée accusée d'homophobie après le passage à tabac d'une transsexuelle, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.