Publicité

TERRORISME

Mali : Ibrahim B. Keïta lance une initiative de sortie de crise, sans l'opposition

Le président malien a tendu la main samedi à la société civile, à l'opposition et aux groupes armés pour tenter de dégager des réponses autres que militaires à la crise qui va s'aggravant dans son pays en guerre contre les jihadistes, mais beaucoup refusent de la saisir.

Crédit Photo: Ali Cissé
Crédit Photo: Ali Cissé

Ibrahim Boubacar Keïta.

Le président Ibrahim Boubacar Keïta a lancé le Dialogue national inclusif (DNI) devant 3.000 personnes à Bamako, capitale d'un Mali meurtri par les violences depuis 2012. "Unissons-nous, unissons nos mains pour boucher les trous de la jarre percée", a-t-il exhorté sous les applaudissements à l'ouverture de cet évènement censé durer une semaine. En boubou blanc, debout devant un immense drapeau du Mali, il a appelé à "parler, réfléchir, respirer ensemble".

Ses principaux opposants, invités à plusieurs reprises, ont refusé la main tendue, compliquant la recherche d'une réponse autre que strictement militaire à la crise multiforme que traverse le Mali. Une telle réponse politique doit pourtant aller de pair avec la force des armes, conviennent le gouvernement malien et ses partenaires étrangers, dont la France.

Les adversaires de M. Keïta, alias "IBK", voient dans ce dialogue le moyen pour lui de reprendre la main après un automne sanglant - plus de 140 soldats tués depuis septembre - durant lequel les autorités ont peiné à convaincre de leurs capacités à répondre à la crise. Le parti du chef de file de l'opposition Soumaïla Cissé a dénigré ce dialogue comme "une mise en scène".

L'Etat peine à exercer son autorité sur une large partie du territoire et chaque jour ou presque, des attaques jihadistes et crapuleuses endeuillent les quelque 20 millions de Maliens. Malgré la présence de 13.000 Casques bleus et 4.500 soldats français, les mouvements jihadistes, ralliés pour certains à Al-Qaïda ou à l'organisation Etat islamique, ne cessent d'étendre leur champ d'action: du nord du Mali vers le centre, et désormais aux Niger et Burkina Faso voisins.

Le Niger a perdu cette semaine 71 soldats selon un chifre officiel dans la dernière en date d'attaques jihadistes meurtrières dans cette zone dite des trois frontières. Dans ce contexte, le dialogue malien se propose "d'ausculter le pays et de faire des diagnostics pour le guérir", a déclaré le président.

Avec l'AFP

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article Mali : Ibrahim B. Keïta lance une initiative de sortie de crise, sans l'opposition, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.