Publicité

ENTRETIEN

Mali : la libération des otages payée cher, selon le président Roch Kaboré

La libération la semaine dernière de plusieurs otages étrangers et du chef de l'opposition au Mali, en contrepartie de l'élargissement de quelque 200 prisonniers djihadistes, a été «payée cher», estime le président burkinabé Roch Marc Christian Kaboré dans une interview à France 24 et RFI diffusée jeudi.

Crédit Photo : PRB
Crédit Photo : PRB

Le président burkinabé Roch Marc Christian Kaboré.

«La contrepartie a été payée cher», déclare, tout en saluant la libération des otages, M. Kaboré, qui affirme n'avoir «pas du tout» été au courant des tractations, notamment de la libération du cerveau présumé de l'attaque djihadiste de 2016 à Ouagadougou. «On a suivi les événements comme tout le monde (...) c'est le Mali qui a décidé de pouvoir gérer cette situation», «c'est une négociation entre l'État malien et le camp des preneurs d'otage», selon le président burkinabé. Il a par ailleurs estimé que les forces de défense et de sécurité étaient en train de gagner le combat contre les groupes djihadistes au Burkina Faso, et que l'armée française n'intervenait que pour des «opérations à caractère ponctuel».

M. Kabore a dans le même temps reconnu qu'une vingtaine de personnes ont été tuées dans une nouvelle série d'attaques djihadistes dans le nord du Burkina mercredi. Interrogé sur les exactions contre des civils burkinabés attribuées aux forces de l'ordre ou à des milices de volontaires aidant l'armée, il a notamment démenti les accusations de Human Rights Watch sur le massacre de 180 civils à Djibo, et justifié l'emploi de supplétifs. «L'armée ne peut pas être déployée sur 8.000 villages en même temps», a-t-il estimé.

Frontalier du Mali et du Niger, le Burkina Faso est le théâtre d'attaques djihadistes régulières depuis 2015. Des centaines de personnes ont été tuées cette année dans des dizaines d'attaques visant des civils. Les violences djihadistes, mêlées à des conflits intercommunautaires, avaient fait au total 4.000 morts au Mali, au Niger et au Burkina Faso en 2019, selon l'ONU.

LSI AFRICA avec l'AFP

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article Mali : la libération des otages payée cher, selon le président Roch Kaboré, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.