Publicité

ÉLECTION

Présidentielle au Niger : une première démocratique avec quelques ombres

Avec le départ du président Mahamadou Issoufou, qui ne tentera pas comme d'autres chefs d'Etat l'aventure d'un troisième mandat, le Niger donne un exemple de démocratie. Malgré tout, les arrestations de leaders de la société civile ou l'éviction d'un opposant de la présidentielle du 27 décembre nuancent le tableau.

Crédit Photo : MICHELE CATTANI
Crédit Photo : MICHELE CATTANI

Le président nigérien Mahamadou Issoufou le 23 juillet 2020 à Bamako.

"Je respecterai scrupuleusement les dispositions de la Constitution de la République du Niger (...) Mon désir le plus ardent est de passer le pouvoir en 2021 à un successeur démocratiquement élu, ce sera ma plus belle réalisation, ce sera une première dans l’histoire de notre pays", a affirmé le président Issoufou. Le Niger, pays parmi les plus pauvres du monde, marqué par de nombreux coups d'Etat, n'a jamais vu deux présidents élus se succéder depuis l'indépendance en 1960. La décision d'Issoufou de se retirer volontairement est une première pour le pays, et presque une exception en Afrique.

"Vous êtes un exemple pour la démocratie", a déclaré le président français Emmanuel Macron sur Twitter alors que nombreux présidents africains prolongent leur bail au-delà des deux mandats. Les exemples les plus récents sont la Côte d'Ivoire et la Guinée, deux pays de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) dont le Niger fait partie. Dans les deux pays, les deux présidents Alpha Condé et Alassane Ouattara ont contourné la règle des deux mandats maximum grâce à des changements dans la Constitution.

Si la décision d'Issoufou a été globalement saluée dans son pays comme à l'étranger, des adversaires restent sceptiques, dénonçant la permanence au pouvoir de son parti. "Lui-même Issoufou avait dit qu'il est difficile au Niger de faire un troisième mandat et que celui qui le tente sait ce qu'il risque. Donc, il ne fait pas un troisième mandat parce qu'il ne le veut pas, mais parce qu'il n'a pas le choix", estime Bounty Diallo, ex-militaire et enseignant à l'université de Niamey, faisant allusion au coup de d'Etat de 2010, qui avait vu l'armée renverser le très populaire le président Mamadou Tandja, désireux de faire un troisième mandat. "Les élections vont avoir lieu au moment où elles doivent avoir lieu, dans le respect de la Constitution et avec, je pense, la mobilisation et la transparence nécessaire. Je crois que la qualité de l’élection au Niger sera une référence pour toute l’Afrique", a toutefois estimé le ministre des Affaires étrangères français Jean-Yves Le Drian.

Ombres au tableau 

Il y a cependant des ombres au tableau. L'ancien Premier ministre et ancien président du Parlement Hama Amadou, 70 ans, considéré comme un sérieux challenger, a été écarté de la course par la Cour constitutionnelle en raison de sa condamnation en 2017 à un an de prison dans une affaire de trafic de bébés. Il a qualifié sa condamnation de politique et bénéficié en mars d'une grâce présidentielle alors qu'il purgeait une peine de 12 mois de prison. Le pouvoir rétorque que la justice, qui a condamné une vingtaine de personnes dans cette affaire, a fait son travail de manière indépendante et que l'épouse de Hama Amadou faisait partie des femmes accusées de "supposition d'enfants", un délit consistant à attribuer la maternité d'un enfant à une femme qui ne l'a pas mis au monde.

Toutes ont été condamnées pour avoir participé à un trafic de bébés qui aurait été conçus au Nigeria puis amenés au Niger via le Bénin. Autre ombre, les arrestations fréquentes de membres de la société civile. Si ceux-ci sont régulièrement remis en liberté après quelques jours ou mois, il y a comme une épée de Damoclès au-dessus des activistes. "Pour nous c'est malheureux qu'Issoufou, en qui on avait cru, se soit comporté ainsi. Pour nous c'était le démocrate modèle mais dans la pratique... Il n'y a jamais eu autant d'arrestations d'acteurs de la société et politiques. Mêmes les précédents présidents militaires, comme Mamadou Tandja n'en ont pas fait autant en matière de déni de justice et d'interdictions de manifestations", estime Ali Idrissa, figure de la société civile nigérienne.

Reporters sans frontières avait déploré en juillet "un grave recul" de la liberté de la presse au Niger, après deux arrestations de journalistes en raison de leurs publications sur l'épineuse affaire des surfacturations d'achats d'équipements militaires.

Par Boureima HAMA, Patrick FORT

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article Présidentielle au Niger : une première démocratique avec quelques ombres, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.