Publicité

COMBAT

Nigeria : le combat du Pr Christian Happi contre les épidémies et pour l'Afrique

Dans le secteur de la recherche, le professeur Christian Happi a gagné le respect pour sa lutte contre les épidémies. Désormais, il veut hisser une nouvelle génération de chercheurs africains car "tant que l'Afrique manquera de contribution intellectuelle, on lui dira toujours ce qu'elle doit faire".

Crédit photo : PIUS UTOMI EKPEI
Crédit photo : PIUS UTOMI EKPEI

Le professeur Christian Happi, fondateur du Centre d'excellence africain de recherche génomique et des maladies infectieuses (Acegid), à Ede, dans le sud-ouest du Nigeria. Le 2 juin 2020.

Et ce biologiste moléculaire, grandi au Cameroun et passé par Harvard avant de rentrer sur le continent, déteste qu'on lui dise ce qu'il a à faire. "Je veux développer des solutions simples et peu coûteuses, adaptées à l'Afrique et à notre environnement", martèle-t-il dans son bureau décoré de nombreux diplômes, récompenses scientifiques et photos de famille.

A 52 ans, Christian Happi lutte contre les épidémies qui ravagent l'Afrique et pour transmettre son savoir sur le continent: deux combats essentiels en ces temps de pandémie du nouveau coronavirus, pour lequel il a déjà développé un test à bas coût. A Ede, modeste ville du sud-ouest du Nigeria, il a fondé en 2016 le Centre d'excellence africain de recherche génomique et des maladies infectieuses (Acegid), grâce à des financements de la Banque mondiale ou de riches philanthropes étrangers et nigérians. 

A l'entrée, un écriteau discret donne le ton: "Les gens les plus forts ne sont pas ceux qui écrasent les autres. Ils les élèvent". Près de 1.000 chercheurs en biochimie et génomique ouest-africains, nigérians pour la plupart, sont passés par ces locaux un peu vieillots, en attendant l'ouverture l'année prochaine du "plus grand centre de recherche génomique en Afrique", bâtiment moderne niché dans la forêt tropicale d'Ede. 

"Cela fait sens d'être ici, au Nigeria. Ce pays est le géant de l'Afrique, s'il flanche, c'est tout le continent qui lui emboitera le pas", dit le chercheur. De par son climat et sa très dense population, le Nigeria, pays de 200 millions d'habitants, connaît chaque année un nombre incalculable d'épisodes épidémiques: paludisme, typhoïde, méningite, choléra, fièvre jaune et plus récemment, Ebola.

Cette année, les chercheurs et étudiants de l'Acegid se concentrent sur la lutte contre le Covid-19. Le Nigeria recensait à peine 30.000 cas positifs début juillet et près de 800 morts, mais avec une moyenne de 3.000 tests réalisés par jour "ce n'est pas suffisant", reconnaît à mi-mot un responsable de la santé publique au Nigeria. A Lagos, Ibadan, Abuja ou Kano, dans les mégalopoles gigantesques de plusieurs millions d'habitants, où il est impossible d'appliquer les bases de la distanciation sociale, le virus se propage de manière quasi-incontrôlable.

L'OMS s'est récemment inquiétée de la forte accélération du nombre de cas sur le continent (plus de 500.000 début juillet) mais tous les spécialistes s'accordent à dire que, sans capacité de dépistage, les chiffres officiels ne reflètent pas la réalité.

LSI AFRICA avecl'AFP

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article Nigeria : le combat du Pr Christian Happi contre les épidémies et pour l'Afrique, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.