Publicité

VIOLENCES

Nigeria : les pillages se multiplient, les autorités à la peine

Les autorités au Nigeria tentaient dimanche de mettre un terme aux pillages d'entrepôts qui se multiplient dans le pays en dépit de l'instauration de couvre-feux, derniers incidents en date après deux semaines de contestation populaire.

Crédit Photo : Ifiok Ettang
Crédit Photo : Ifiok Ettang

Des habitants affamés pillent un entrepôt gouvernemental à Jos, au Nigeria, le 24 octobre 2020.

Le chef de la police du pays a ordonné samedi la mobilisation immédiate de toutes les "unités opérationnelles" pour tenter de reprendre le contrôle de la situation. Les gouverneurs ont instauré un couvre-feu total dans une série d'Etats après le pillage de stocks alimentaires qui étaient destinés à être distribués pendant le confinement mis en place pour lutter contre l'épidémie de coronavirus. Des habitants ont notamment pillé dimanche des provisions agricoles dans la ville de Jos (centre). La veille, plusieurs milliers de personnes avaient déjà envahi et pillé un immense entrepôt de nourriture.

Des pillages similaires ont également été rapportés dans les Etats de Taraba et Adamawa. Le Nigeria, pays de 200 millions d'habitants et premier producteur de pétrole d'Afrique, réputé pour être l'un des pays les plus corrompus au monde, est secoué par un mouvement de contestation populaire, né à Lagos il y a deux semaines contre les violences policières avant de s'étendre en mouvement contre le pouvoir. Dimanche, la situation était calme à Lagos, capitale économique du pays où le couvre-feu instauré mardi pour tenter de freiner l'escalade des violences a été allégé samedi.

La répression sanglante de manifestations pacifiques à Lagos mardi soir, qui ont fait 12 morts selon Amnesty International ont indigné le pays et la communauté internationale.  Selon l'ONG de surveillance des droits de l'Homme, au moins 56 personnes ont été tuées dans tout le pays depuis deux semaines de soulèvement. Le président Muhammadu Buhari, ancien général putschiste dans les années 1980, puis élu démocratiquement en 2015 puis 2019, a regretté les "nombreuses vies perdues", mais n'a donné aucun bilan officiel sur le nombre de victimes jusqu'à présent. 

Dans une allocution télévisée jeudi soir, il a prévenu qu'il n'autoriserait personne à "mettre en péril la paix et la sécurité de l'Etat" et regrettait d'avoir été "trop faible" pendant ces deux semaines de contestation.

LSI AFRICA avec l'AFP

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article Nigeria : les pillages se multiplient, les autorités à la peine, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.