Publicité

LIBERATION

Nigéria : 259 personnes libérées d'une maison de correction islamique

Les autorités nigérianes ont ce mardi annoncé avoir libéré 259 personnes d'une maison de correction islamique située dans le Sud-Est du pays. 

Crédit Photo: Archives AFP
Crédit Photo: Archives AFP

Image d'illustration.

La police nigériane a libéré 259 personnes d'une maison de correction islamique dans le sud-ouest du Nigeria, dans le cadre d'une série de raids similaires menés à travers le pays ces dernières semaines, a-t-on appris mardi. « Nous avons découvert lundi des hommes, des femmes et des enfants qui étaient retenus en otages dans un centre de détention illégal géré par une mosquée du quartier Ojoo, à Ibadan », a déclaré à l'AFP Fadeyi Olugbenga, le porte-parole de la police de l'Etat d'Oyo.

La police est intervenue « rapidement » après avoir reçu des informations d'un garçon de 18 ans qui s'était échappé du centre, a-t-il précisé. Au total, « 259 personnes y étaient enfermées et imploraient de l'aide quand nous sommes arrivés », a ajouté le porte-parole, précisant que des enfants, des adolescents, des adultes et une femme avec un bébé se trouvaient parmi les victimes.

Une dizaine de raids similaires menés depuis septembre

« Certains étaient là depuis des années et avaient des problèmes de santé, ils reçoivent actuellement des soins médicaux », a affirmé M. Olugbenga. « Ceux que nous avons interrogés ont raconté qu'ils étaient nourris une fois tous les 3 jours, parfois même moins ». Le propriétaire et huit d'autres personnes ont été arrêtées, mais « l'enquête est toujours en cours pour obtenir plus de détails », a-t-il ajouté.

Une dizaine de raids similaires ont été menés dans des « maisons de corrections » religieuses au Nigeria depuis septembre. La police nigériane a libéré 15 personnes enchaînées dans un lieu de prière de Lagos lors d'un des raids menés contre des « maisons de correction »religieuses à travers tout le pays.

Les centre de redressement privés - souvent informels - à caractère religieux sont très répandus dans le pays le plus peuplé d'Afrique, où la pauvreté est très élevée et où les services publics sont souvent absents. Le taux élevé de consommation de drogues et le manque d'installations de réadaptation poussent de nombreux parents à inscrire leurs enfants dans ces écoles de redressement informelles.

Avec l'AFP

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article Nigéria : 259 personnes libérées d'une maison de correction islamique, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.