Publicité

ENVIRONNEMENT

Le combat d'une jeune Ougandaise contre le changement climatique

Quand la jeune Ougandaise Leah Namugerwa a eu 15 ans en août, au lieu de fêter son anniversaire avec sa famille et ses amis, elle a décidé de planter 200 arbres, pour alerter sur les dommages causés à l'environnement dans son pays.

Crédit Photo: L. N
Crédit Photo: L. N

Leah Namugerwa.

Jonglant entre l'école, les manifestations, les discours qu'elle prononce dans les capitales de la région pour appeler à sauver la planète, elle fait partie de ces jeunes inspirés par la désormais célèbre militante écologiste suédoise Greta Thunberg, âgée de 16 ans.

"Si les adultes ne sont pas prêts à prendre l'initiative, moi et d'autres enfants nous leur montrerons la voie. Pourquoi est-ce que je devrais regarder sans rien faire, quand des injustices environnementales se déroulent sous mes yeux", a déclaré Leah la semaine dernière à Kigali, où son discours sur l'urgence climatique lui a valu une "standing ovation".

De retour à Kampala, elle raconte que l'"inaction" du gouvernement ougandais sur les thématiques environnementales et les sit-in de Greta Thunberg devant le Parlement suédois l'ont incité à organiser des grèves hebdomadaires dans son école. Leah fait partie du mouvement de jeunes Fridays for Future, initié par Greta Thunberg, qui a reçu cette semaine le prix d'"ambassadeurs de conscience" de l'ONG Amnesty International.

La jeune fille est à l'origine d'une campagne pour inciter la ville de Kampala à interdire l'usage des sacs plastiques, et pour alerter sur les risques de la déforestation et les sécheresses prolongées et inondations attribuées au changement climatique.

"Ce qui m'a fait m'inquiéter et m'a poussée à m'impliquer dans cette campagne, c'est le changement climatique et l'impact qu'il a sur nos vies: les fortes températures, plus élevées que jamais, que nous avons connues; les inondations (...); les maladies qui se répandent", dit-elle.

Elle considère que les jeunes "doivent dire ce qu'ils ont sur le cœur". "Si on ne le fait pas, notre avenir n'est pas garanti. Les dirigeants actuels ne seront plus là, mais nous nous le serons et nous souffrirons des conséquences de leur inaction. Nous devons parler maintenant, pas demain."

Avec l'AFP

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaite à l'article Le combat d'une jeune Ougandaise contre le changement climatique, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajouter votre commentaire il sera mise en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.