Publicité

INCIDENT

Bissau : les services de renseignements français aux trousses de Umaro Embalo

La France et Umaro Embalo, ce n'est véritablement pas une histoire d'amour. Déclaré vainqueur par la CEDEAO, au terme d'une élection présidentielle fortement contestée et toujours pas entérinée par la cour suprême de la Guinée-Bissau, Umaro Embalo a connu une petite frayeur à Paris le 29 mai dernier. 

Crédit Photo : UES.
Crédit Photo : UES.

Umaro Embalo.

En séjour privé dans la capitale française, le candidat déclaré vainqueur de la présidentielle bissau-guinéenne par la CEDEAO, Umaro Embalo, était dans les petits papiers de la Direction générale de la sécurité extérieure depuis plusieurs mois. Le passé sulfureux du Bissau-guinéen intriguait depuis de longs mois les services de renseignements français au point de le faire suivre lors de chacun de ses séjours en France. 

Cette fois, deux agents de la DGSE qui "filochaient" Umaro Embalo ont été démasqués par des policiers français qui assuraient la protection du dirigeant africain, et qui n'avaient pas été mis au parfum de cette opération. C'est dans le compte-rendu d'incident des policiers du Service de la protection (SDLP) qu'a été révélé l'incident qui a ulcéré le président de la Guinée-Bissau : " Le 29 mai vers 8 h 15, au moment où le président Umaro Sissoco Embaló quittait son hôtel, les policiers du SDLP repèrent un deux-roues de couleur sombre, monté par deux individus casqués ; ce deux-roues met une attention particulière à rester le plus discret possible. Armes à la main, les gorilles du SDLP finissent par stopper la moto. Le conducteur, penaud, leur tend alors une carte professionnelle du ministère de la Défense. La hiérarchie policière découvre vite que les deux filocheurs à moto travaillent à la DGSE", indique le rapport. 

Très vite, les médias proches de Umaro Embalo crient à une "tentative d'assassinat du dirigeant bissau-guinéen", orchestrée par la République française. "Faux", rétorque A. Bernard, un ancien agent de la DGSE fin connaisseur de ce genre d'opération, avant de poursuivre:" Tous les dirigeants sont surveillés lorsqu'ils arrivent sur un territoire étranger. L'idée n'est pas de les assassiner ou d'épier leurs faits et gestes, mais l'objectif est d'assurer leur protection et d'anticiper tout incident malheureux". 

Hervé Smitch, expert en sécurité, qui a longtemps travaillé en Afrique de l'Ouest a un autre avis sur la question : " Dans ce cas précis, je reconnais que les agents de la DGSE n'ont pas été discrets. Mais la réalité c'est que M. Embalo faisait l'objet de multiples signalements avant son entrée en fonction, de la part des services français et étrangers compte-tenu de ses activités ou amitiés jugées douteuses avec de réseaux proches probablement de narco trafiquants", a déclaré notre interlocuteur. 

Emmanuel Macron, qui n'a toujours pas reçu celui qui a été déclaré vainqueur de la présidentielle par la CEDEAO lors d'une visioconférence, a été très agacé par l'incident au point de recadrer ses agents. Tel un boulet, le passé de Umaro Embalo, tout comme son élection entachée d'irrégularités et contestée par son adversaire Domingos Simoes Pereira, continuent de lui coller malgré lui à la peau. 

Alexandre Meunier

Commentaires (5)

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article Bissau : les services de renseignements français aux trousses de Umaro Embalo, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Derniers commentaires

AG
Antoine

C’est un secret de Polichinelle: Umaro Embalo fut un intermédiaire “broker” , trafiquant d’armes entre la Lybie du Guide et plusieurs pays de l’Afrique de l’Ouest notamment le Burkina et Guiné Bissau. Aujourd’hui Umaro Embalo, à la tête de l’Etat, y a été propulsé grâce à sa garde rapprochée en particulier par Braima Camara (un connu trafiquant d’héroïne ) financé para les cartels de drogues de la Colombie et Venezuela. Umaro a été porté également à ce poste par des militaires déjà sanctionnés par l’ONU et poursuivis aux EUA pour trafic de stupéfiants, armes et drogues.
En plus il a des relations tentaculaires avec le milieu djiadiste opérant au Sahel ( ceci explique son passé de trafiquant d’armes).
Enfin il a des relations avec Benala en France d’ailleurs bien expliqué par lui sur France 24 lors de leurs déplacements à Brazzaville.

C’est un escro mêlé à plusieurs affaires luxes et criminelles qui sont autant de soupçons pesant sur lui d’où la nécessité d’une surveillance serrée et sans relâche.

DA
Dagre

M umaro cissoko contestation par Domingos Simão Pereira ces une réalité les élections présidentielle frauduleuse en Guiné Bissau avec un président autoproclamée avec une assaut militaires narcotraficantes les Bissau guinenses ils sont pas contant avec la reconnaissance de umaro cissoko Embaló en guine Bissau refuse de lassez les gouvernements sortir des urnes reste dans le pouvoir avec le complexités des certains président dictateur en Afrique des loest merci

EC
Edson Carlos

Só falaam atoa mm

Mp
Mendy

Plutôt que de faire suivre UMAORO, pourquoi ne pas faire suivre Domingos Simons PREIRA, cela serait intéressant ! Car il n'est pas piqué des vers également. Candidat perdant qui fait des mains et des pieds pour dénigrer et entacher l'image de son adversaire, qui lui est vainqueur. Élu par le peuple.

AD
Abdel

Os franceses não são viáveis para os africanos

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.