Publicité

VIOLENCES

Côte d'Ivoire : les USA appellent au calme mais dénoncent répression et intimidation

A moins de soixante-dix jours de la présidentielle, l'environnement politique  devient de plus en plus tendu. Les États-unis s'inquiètent des violentes manifestions qui ont eu lieu ces dernières semaines à Divo, Daoukro et Bonoua faisant plusieurs morts.

Crédit Photo : AIP
Crédit Photo : AIP

Image d'illustration.

La tension est montée d'un cran depuis plusieurs semaines en Côte d'Ivoire depuis l'annonce du président ivoirien d'être candidat à sa propre succession. A travers un communiqué rendu public, le bureau de l'ambassade des États-unis à Abidjan indique que "l'application impartiale de toutes les lois, y compris celles qui régissent les libertés d’expression, de rassemblement et d’association, est essentielle à un processus électoral crédible, à la bonne gouvernance en général, et à la poursuite de la transition post-conflit du pays". 

Le gouvernement ivoirien avait interdit depuis le 19 Août, les rassemblements de masse sur les espaces publics jusqu'au 15 septembre, selon une déclaration du porte-parole du gouvernement à l’issue d’un conseil des ministres. "Le conseil a décidé de la suspension des manifestations sur la voie publique pour les autoriser seulement dans les enceintes closes ou des espaces dédiés sécurisés", a déclaré Sidi Touré, le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, dont l'allocution a été diffusée en direct sur Facebook. Cette interdiction passe mal auprès de l'administration américaine  qui dans ce même communiqué rappelle que "les libertés d’expression, de rassemblement et d’association sont au cœur d’une démocratie fonctionnelle.  Adhérer à ces normes démocratiques permet aux Ivoiriens de participer à des dialogues politiques et à soutenir les candidats, partis ou idées de leur choix", peut-on ainsi lire. 

Ces dernières semaines, l’ONG Amnesty International avait accusé la police ivoirienne d'avoir permis à des groupes d'autodéfense armés de machettes et de massues d'attaquer des manifestants qui protestaient à Abidjan contre la candidature du président Ouattara. Une position sur laquelle s'aligne les États-unis : "la répression et l’intimidation n’ont pas de place en démocratie" avant de poursuivre, "nous exhortons les forces de sécurité à respecter et sauvegarder les droits de tous les citoyens, y compris celui de participer à des manifestations pacifiques". A Abidjan, les manifestations ont fait près de 10 morts, plus de 300 blessés et environ 1500 déplacés internes, ainsi que d'importants dégâts matériels.

LSI AFRICA

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article Côte d'Ivoire : les USA appellent au calme mais dénoncent répression et intimidation, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.