Publicité

ACCUSATIONS

Burkina: l'ONU condamne les violences des forces de l'ordre contre des réfugiés

Le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) a condamné lundi dans un communiqué des violences des forces de sécurité burkinabè contre des réfugiés maliens au Burkina Faso, qui ont fait «32 blessés» samedi.

Crédit Photo : AFP
Crédit Photo : AFP

Image d'illustration.

Selon le HCR, qui s'appuie sur des témoignages de réfugiés, les forces de sécurité (burkinabè) ont frappé «à coups de matraque, ceinturon et corde» «des hommes et des garçons» du camp de Mentao, qui abrite 6.500 réfugiés maliens. Ce camp est situé à 20 kilomètres au sud de la ville de Djibo, dans le nord du Burkina, région frontalière du Mali régulièrement ciblée par des attaques jihadistes depuis cinq ans.

À la suite d'une «attaque contre des soldats, plus tôt dans la journée» (un soldat a été tué et un autre est porté disparu), «les forces de sécurité sont entrées dans le camp, à la recherche d'individus armés impliqués dans l'attaque», et ont «procédé à une recherche porte-à-porte (...) forçant les hommes et les garçons à sortir avant de les frapper», «faisant 32 blessés», a affirmé le HCR.

«Les réfugiés se sont vus accusés de complicité à l'égard des assaillants non-identifiés et ordonner de quitter le camp dans les 72 heures, sous peine de mort», selon le HCR. Les forces de l'ordre burkinabè, ainsi que celles des pays voisins, Mali et Niger, qui luttent contre des groupes jihadistes, sont régulièrement accusées d'exactions, y compris d'exécutions extrajudiciaires, à l'encontre de civils.

Le 20 avril, l'organisation de défense des droits humains Human Rights Watch a accusé les forces de l'ordre burkinabè d'avoir exécuté 31 habitants de Djibo «lors d'une parodie brutale d'opération antiterroriste» le 9 avril. Le 30 avril, la Mission de l'ONU au Mali, la Minusma, a dénoncé 101 exécutions extrajudiciaires au premier trimestre au Mali par les forces de sécurité maliennes, plus une trentaine commises par l'armée nigérienne sur le territoire malien.

Les violences jihadistes mêlées à des conflits intercommunautaires, qui touchent l'ensemble du Sahel, ont fait au total 4.000 morts au Mali, au Niger et au Burkina Faso en 2019, selon l'ONU. Le Burkina dénombre plus de 800 morts et près de 860.000 déplacés depuis 2015.

Avec l'AFP

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article Burkina: l'ONU condamne des violences des forces de l'ordre contre des réfugiés, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.