Publicité

CRISE

Putsch au Soudan : des pays de l'ONU réclament une session spéciale du Conseil des droits de l'Homme

Plusieurs dizaines de pays ont réclamé lundi une session spéciale du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU consacrée au Soudan, où la répression exercée par les militaires qui ont pris le pouvoir a déjà fait plusieurs morts parmi les opposants au putsch.

© crédit photo : Mohamde Nureldin Abdallah / REUTERS
© crédit photo : Mohamde Nureldin Abdallah / REUTERS

Un manifestant dans les rues de Khartoum, le 25 octobre 2021.

La lettre à la présidente de la plus haute instance de l'ONU en matière de droits de l'Homme, demande que le Conseil examine «les implications de la situation dans la République du Soudan pour les droits de l'Homme». Elle est signée par 48 pays dont 18 pays membres du Conseil.

«Les actions des militaires soudanais sont une trahison de la révolution, de la transition et du peuple soudanais», a accusé dans un tweet, Simon Manley, l'ambassadeur du Royaume-Uni à Genève, qui a relayé la demande au nom de 48 pays.

Les manifestations, rassemblant parfois des dizaines de milliers de personnes qui veulent dénoncer le putsch mené par le général Abdel Fattah al-Burhane, ont déjà fait douze morts parmi les manifestants et près de 300 blessés, selon un bilan d'un syndicat de médecins pro-démocratie.

La police, elle, assure ne jamais avoir tiré à balles réelles. Le général Burhane, chef de l'armée, avait annoncé lundi dernier la dissolution de l'ensemble des institutions de ce pays pauvre plongé dans le marasme économique et miné par des décennies de conflits et dirigé sans partage par Omar el-Béchir de 1989 à 2019.

Dès ce jour-là, la communauté internationale a quasi unanimement condamné le coup d'Etat du général Burhane, exigeant le retour des autorités civiles au pouvoir, dont le Premier ministre Abdallah Hamdok, la plupart de ses ministres et les autres responsables civils arrêtés par l'armée avant l'aube.

Le président des États-Unis Joe Biden a de son côté qualifié le coup d'État de «revers cinglant» pour les aspirations démocratiques du peuple soudanais, tandis que l'Union africaine a suspendu Khartoum de l'organisation. Washington et la Banque mondiale ont aussi suspendu leurs financement, cruciaux pour le pays.

 

LSi Africa avec AFP

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article Putsch au Soudan : des pays de l'ONU réclament une session spéciale du Conseil des droits de l'Homme, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.