Publicité

RENCONTRE

Manu Dibango, "bâtisseur de ponts" entre les Afriques et l'Occident

"Nous sommes des bâtisseurs de ponts entre l'Occident et les Afriques, c'est une chance". Légende de la musique africaine, ambassadeur de l'afro-jazz, Manu Dibango revient sur 60 ans d'une carrière exceptionnelle, avec toujours autant de projets de métissages musicaux. 

Crédit Photo: AFP
Crédit Photo: AFP

Manu Dibango.

A 85 ans, "Manu" n'a pas changé. Débordant d'énergie, chemise multicolore et rire communicatif, l'"Afro-Européen" né au Cameroun reste lucide sur son succès: "chacun a son karma. C'est un ensemble, une addition de beaucoup de bonnes et mauvaises choses. Il faut faire face à l'échec comme au succès. Il faut toujours surnager". 

"Le matin, je me dis: +tiens je suis encore en vie+ et +qu'est-ce que je vais faire+. Mon problème c'est: +quel est mon programme?+. Ce n'est pas: +Ah hier, c'était formidable, la nostalgie...", confie-t-il à l'AFP avant un concert au festival "Jazz In Marciac" (Gers), dont il est un habitué.

Pas de nostalgie donc, même quand on est l'auteur d'un des plus grands tubes planétaires de la musique africaine, avec Soul Makossa (1972). Etonnant destin pour cette face B d'un 45 tours dont le titre phare était un hymne pour l'équipe de foot du Cameroun à l'occasion de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) à Yaoundé.

Repéré par des DJs new-yorkais avant d'être plagié par Michael Jackson sur un titre de l'album "Thriller": "ça n'avait pas été tellement fait dans les règles" mais un accord financier a été trouvé. Et "cela a fait revivre la chanson, c'est devenu un standard" aujourd'hui repris par "beaucoup de gens, Rihanna et tout dernièrement Beyoncé".

"Papa Manu" aurait pu ne jamais se relever d'un tel succès planétaire. Mais il a au contraire promené sa grande silhouette à travers les époques en puisant à différentes sources, du reggae au rap en passant par la musique électronique, imposant son style inimitable entre rythmes traditionnels de l'Afrique centrale et notes jazzy plus contemporaines.

Avec l'AFP

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaite à l'article Manu Dibango, "bâtisseur de ponts" entre les Afriques et l'Occident, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajouter votre commentaire il sera mise en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.