Publicité

ÉVÉNEMENT

Londres, la Fashion Week s'ouvre "un peu" au grand public

La Fashion Week de Londres s'ouvre cette année au grand public, pour certains défilés uniquement, mais le prix du ticket d'entrée fait grincer des dents.

Crédit Photo: LFW
Crédit Photo: LFW

Image d'illustration.

Ghila Evansky, 19 ans, attend patiemment devant The Store X, principal lieu d'organisation de la Fashion Week, dans le centre de Londres. Cette étudiante au look plutôt classique se prépare à s'immerger dans le tourbillon de la mode contemporaine britannique.

Au programme de sa journée: défilé d'Alexa Chung, créatrice multicartes (mannequin, chroniqueuse, présentatrice télé, Instagrammeuse), exposition d'oeuvres de jeunes designers en pointe dans le domaine du développement durable et de la diversité et table ronde avec des figures de l'industrie.

Mais ce qui l'intéresse surtout c'est le défilé. Elle a déboursé 245 livres (275 euros) pour le pack "VIP" qui lui assure d'être au premier rang. Pour ce prix, elle aura aussi le droit à une boisson, l'accès à un salon privé, et repartira avec un sac plein de "goodies" (petits cadeaux). Assister à un défilé, "j'ai toujours voulu faire ça", justifie-t-elle. Elle confie son admiration pour Alexa Chung qui "travaillait chez Vogue et a créé sa ligne de vêtements".

 Internet a tout bouleversé 

Après avoir tâté le terrain, la Fashion Week de Londres a décidé d'ouvrir ses portes au public. Jusqu'à 2.000 personnes peuvent participer à l'événement, même si les fashionistas n'auront le droit qu'à une poignée de défilés dédiés et ne pourront pas voir les têtes d'affiches comme Victoria Beckham ou encore Burberry.

Parmi les amateurs, Shuo Wu, un Londonien de 30 ans, est venu juste par curiosité. "La mode ce n'est pas mon domaine, je travaille dans la finance", explique-t-il. Il habitait auparavant à New York où "la Fashion Week est une célébration publique", raconte-t-il. Là-bas, "ça semble plus accessible ou peut-être qu'on en fait mieux la publicité", compare-t-il.

Mais tous ne sont pas convaincus par l'opération du BFC. Kathy Fawcett, une habitante de Bristol âgée de 56 ans, comptait voir l'exposition consacrée à la "mode positive" car elle se dit "plus intéressée par l'industrie de la mode et son impact sur le climat que par la mode elle même". Arrivée à l'entrée de la Fashion week, le prix la fait renoncer: 135 livres (150 euros) minimum! "S'ils veulent changer leur image élitiste, il faut qu'ils rendent ça plus accessible", plaide-t-elle.

Avec l'AFP

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article Londres, la Fashion Week s'ouvre "un peu" au grand public, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.