© GREENKEEPER AFRICA
Publicité

ÉCONOMIE

Nigeria : le gouvernement envisage de relancer la production d'huile de palme

Près d'un tas de fruits de palmier attendant d'être écrasés, Micah Ojo, fermier nigérian aimerait tirer profit de la volonté du gouvernement du Nigeria de redonner vie à son industrie de l'huile de palme, autrefois florissante

Crédit Photo : PIUS UTOMI EKPEI
Crédit Photo : PIUS UTOMI EKPEI

Des ouvrières remplissent des bouteilles en plastique avec de l'huile de palme produite à la Okumu Oil Palm Company, au Nigeria le 14 septembre 2021.

Empêtré, depuis la chute des cours de l'or noir en 2016, dans une crise économique qu'a encore aggravé la pandémie de Covid-19, le pays le plus peuplé d'Afrique doit diversifier son économie et créer des emplois pour ses plus de 200 millions d'habitants. Premier producteur de pétrole d'Afrique et première économie du continent en termes de PIB, le Nigeria a donc décidé d'investir massivement dans l'huile de palme, dont il était le principal producteur mondial dans les années 1960.

Désormais cinquième producteur mondial, il importe près de la moitié des deux millions de tonnes consommées annuellement dans le pays, faisant fondre encore les réserves de changes déjà entamées par les chutes des cours du brut. Mais Micah Ojo, qui cultive l'une des petites plantations qui parsèment l'Etat d'Akwa Ibom et d'autres Etats du sud du Nigeria, où les rangées de palmiers à huile bordent les routes mais où de nombreuses usines ont été laissées à l'abandon, se plaint de ne pas bénéficier des prêts accordés par le gouvernement via la banque centrale aux grosses exploitations et aux investisseurs.

"C'est un secteur qui a besoin de beaucoup de capital, nous avons besoin que le gouvernement vienne nous aider", plaide-t-il, les prêts de la banque centrale "ne vont pas aux fermiers locaux (...) on en entend seulement parler aux informations". Dans l'Etat d'Edo, les palmiers et hévéas de la Okumu Oil Palm Company s'étendent sur plus de 33.000 hectares de terres.

Des plantations en partie financées par un prêt de 14 milliards de nairas (29 millions d'euros), contracté dans le cadre des différents plans de développement lancés ces dernières années par le gouvernement, pour l'achat de nouveaux plants de meilleur qualité et pour aider les producteurs à développer de nouvelles plantations et usines. "Cela nous a beaucoup aidés à nous étendre", atteste à l'AFP le directeur général de Okomu, Graham Hefer, cadre sud-africain qui dirige l'entreprise depuis 2007. 

Joel Olatunde AGOI

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article Nigeria : le gouvernement envisage de relancer la production d'huile de palme, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.