Publicité

REVENDICATION

Le Nigeria impose un meilleur partage des revenus pétroliers

Le Nigeria, premier producteur de pétrole d'Afrique, a adopté cette semaine une nouvelle législation visant à bénéficier d'un meilleur partage des ressources avec les majors internationales, une mesure qualifiée de "moment décisif" par le président Muahammdu Buhari.

Crédit Photo: NSH
Crédit Photo: NSH

Le président nigérian Muhammadu Buhari.

Selon Abuja, qui revendique tardivement une "part équitable" de ses revenus pétroliers, cet amendement, présenté comme une évolution historique, ramènera des milliards de dollars dans les coffres de l'Etat. Mais des experts y voient surtout une tentative mal préparée pour grossir sa trésorerie dans un contexte économique difficile et mettent en garde sur le risque de faire fuir les investisseurs étrangers. 

La nouvelle loi redéfinit les accords de partage de production et redessinent la loi sur l'offshore profond, en vigueur et inchangée depuis son adoption en 1993, lorsque le Nigeria était encore gouverné par un régime militaire. Le texte stipulait que ces accords entre l'État et les compagnies pétrolières internationales devaient être révisés si le prix du baril dépassait les 20 dollars.

Mais bien que le brut ait très largement dépassé ce seuil au cours des 20 dernières années, la formule de partage des revenus n'avait jamais été révisée. Le gouvernement de M. Buhari a d'ailleurs accusé ses prédécesseurs d'avoir poursuivi des intérêts personnels, en veillant à ce que l'essentiel des revenus pétroliers reste entre les mains des privés. De nombreux responsables politiques nigérians ont en effet investi dans l'exploitation et la commercialisation du pétrole, voire obtenu des permis sur des gisements alors qu'ils étaient en fonction.

Le gouvernement a donc introduit un "taux de redevance" qui suit l'évolution des prix du pétrole - atteignant 10% lorsque le baril dépasse les 150 dollars. En outre, les sociétés pétrolières paieront désormais une taxe forfaitaire de 10% sur les champs en mer et de 7,5% sur les champs on-shore, à des profondeurs spécifiées. La présidence estime que ces changements vont permettre de générer des revenus supplémentaires d'au moins 1,5 milliard de dollars d'ici 2021. 

Avec l'AFP

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article Le Nigeria impose un meilleur partage des revenus pétroliers, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.