Publicité

CHRONIQUE

Ai-je le droit de dire que je n’ai pas aimé cette finale?

Qui a le droit, qui a le droit ? Cela commence comme le refrain d’une chanson de Patrick Bruel. Qui a le droit d’faire ça…?

Crédit Photo: AFP
Crédit Photo: AFP

Image d'illustration.

Ai-je le droit de dire que ce ballon de Bagdad Bounedjah détourné par le défenseur sénégalais Salif Sané dans les buts de son malheureux gardien Alfred Gomis après seulement une minute et dix-neuf secondes nous a volé notre finale, celle qui devait être une fête, celle qui devait terminer la 32e Coupe d’Afrique des Nations en apothéose. On a eu droit à une course poursuite entre une Algérie terrée presque complètement dans son camp et unSénégal trop brouillon pour se montrer efficace. Une simple comparaison : le Sénégal a tiré douze fois au but et l’Algérie seulement une fois.

Qui a le droit ?
Ai-je le droit de dire que je n’ai pas aimé le comportement de certains joueurs algériens sur la pelouse du stade international du Caire. Truqueurs, souvent auteurs de petitscoups en douce. Non le football algérien vaut beaucoup mieux que cela. J’ai eu l’immense bonheur d’accompagner leurs glorieux aînés des années 80, les Belloumi, Assad, Madjer, Dahleb. J’étais dans la tribune de presse du stade El Molinon à Gijon le 16 juin 1982 quand ils avaient battu l’Allemagne deux buts à un. Il y avait du panache, de l’envoûtement dans leur jeu. Ils nous emmenaient au paradis. A aucun moment je n’ai ressenti cette même chaleur au Caire. 

On attendait Riyad Mahrez. Promesse non tenue. Sadio Mané, de l’autre côté, ne fut non plus pas à l’égal de ce qu’il nous montre à Liverpool.
Je sais, pour nous journalistes, la priorité n’est pas la victoire finale. Et bien nous avons été privés du spectacle dont on rêvait.
Entre nous, c’est souvent le cas.

Qui a le droit ?
Ai-je le droit de dire que j’ai aimé l’arbitrage du Camerounais Alioum Néant et de ses deux assistants. C’est une drôle d’histoire. L’avant-veille on nous annonçait que le sifflet du 52e et dernier match de la CAN serait confié au Sud-Africain Victor Gomes. Le lendemain, chamboulement on apprenait que ce ne serait pas lui. On eut beau chercher, on ne sut jamais qui avait provoqué ce pataquès. Interrogés, certains responsables répondirent « ce n’est pas moi » un peu comme ces gosses à l’école qui veulent toujours faire porter par un petit camarade la faute qu’ils ont commise. Oui Monsieur Néant a réussi à faire qu’il n’y ait pas de grande tension sur le terrain. Je peux vous dire que parfois on n’en fut pas loin. Mais sa sérénité finit par avoir raison des plus velléitaires.Mieux il s’autorisa à refuser le pénalty réclamé par le camp sénégalais pour une main présumée du défenseur Aissa Mandi dans sa surface. Le VAR lui donna raison. Bravo à luiet à ses adjoints.

Qui a le droit ?
Ai-je le droit de dire qu’enfin un match, hormis celui de ceux de l’Egypte, a largement rempli le magnifique stade international du Caire. Il aura fallu attendre le 52e et dernier match. Bravo à ces milliers et ces milliers d’Algériens présents pour assister, ce qu’ils ne savaient pas avant de décider de venir, au sacre de la bande à Djamel Belmadi. Même en Europe un tel élan de masse est très rare.

Qui a le droit ? 
Ai-je le droit de dire que j’ai apprécié le comportement tout de dignité d’Aliou Cissé pendant et après le match. Je l’ai vu ne pas tempêter, comme la plupart de ses pairs le font, après ce pénalty non accordé ou bien quand il est allé parler aux joueurs après le coup de sifflet final. Cela vaut bien un coup de chapeau d’autant plus que beaucoup n’ont pas tardé, sur les réseaux sociaux, et pas que, à réclamer sa tête.

Qui a le droit ?
Ai-je le droit de dire que je ne suis absolument pas convaincu du passage de seize à vingt-quatre. Les finalistes ont joué sept matches en vingt-neuf jours, c’est trop. La qualité du jeu s’en est ressenti d’autant que les conditions climatiques n’étaient pas favorables à une bonne récupération. Quant à nous, pauvres journalistes, il est devenu impossible de voir tous les matches. On en ressent une grande frustration. C’est vrai, ceux qui décident ne sont pas sur le terrain et c’est toujours ainsi. Dommage.

On m'avait dit: Te poses pas trop de questions
Tu sais, c'est la vie qui t' répond
A quoi ça sert de vouloir tout comprendre?

Gérard DREYFUS

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article CAN-2019: ai-je le droit de dire que je n’ai pas aimé cette finale?, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.