Publicité

CHRONIQUE

Didier Drogba, futur président de la Fédération ivoirienne de football ?

Depuis quelques jours la rumeur ne cesse d’enfler. De Korhogo à San Pedro, de Man à Bondoukou, de Yamoussoukro à Abidjan, tout ce que le football ivoirien compte d’aficionados ne parle que de l’arrivée au pouvoir du ballon rond ivoirien de l’ancienne star de Marseille et surtout de Chelsea.

Crédit Photo: DD/Twitter
Crédit Photo: DD/Twitter

Didier Drogba.

Une rumeur ? Non, un souhait.
Les Ivoiriens expriment d’une voix unanime leur raz-le-bol devant les échecs à répétition de leurs clubs et de la sélection nationale sur la scène continentale. C’est vrai que, comme leurs pairs de chaque pays du continent ils voient constamment leur équipe au sommet du firmament. La victoire sinon rien. Ils sont en overdose de gourmandise. Ils n’acceptent pas la défaite et préparent le bûcher sur lequel ils vont immoler les dirigeants de la fédération, le sélectionneur, les joueurs. C’est est effrayant. Les Eléphants depuis la finale de la CAN de 2006, en Egypte – une heureuse surprise – n’ont pas eu à rougir de leur palmarès, demi-finalistes en 2008, quarts de finalistes en 2010, à nouveau finalistes en 2012, quarts de finalistes en 2013 et, enfin, champion d’Afrique en 2015.

On a parlé de génération dorée, celle des frères Kolo et Yaya Touré, de Didier Zokora, de Gervinho, de Salomon Kalou et de quelques autres. Avec, il ne faut pas l’oublier, trois participations consécutives à la Coupe du monde. L’homme qui incarne le mieux cette période d’une dizaine d’années c’est effectivement Didier Drogba. Lui n’était pas sorti de la fameuse Académie Mimosifcom, l’école de l’ASEC d’Abidjan. Très tôt, encore gamin, il avait été envoyé en France rejoindre son oncle Michel Goba, pro en France. Et c’est au Mans qu’il démarra sa carrière après avoir fait ses classes dans une demi-douzaine de clubs.

En 2003 il porte brillamment les couleurs de l’OM avant de rejoindre pour un long bail le club londonien de Chelsea où il explose littéralement et avec lequel il disputera près de 350 matches inscrivant une moyenne proche d’un but tous les deux matches. Didier a connu tous les honneurs. Oui, avec ce parcours irréprochable, tout semble le porter pour devenir le maître d’œuvre du football ivoirien, l’homme idoine pour le poste.

Avec un tel pedigree doublé d’une intelligence bien construite, d’une passion, d’un patriotisme et d’un mental de gagneur jamais démentis, qui oserait prétendre qu’il ne répond pas au portrait-robot d’un futur président de la fédération.
Pourtant en est-on si sûrs ? Cet homme a pris l’habitude de voyager. Pourra-t-il s’impliquer quotidiennement aux charges de la fonction ? Le privera-t-on de ses déplacements indispensables pour résoudre des problèmes locaux souvent mineurs. C’est un homme connu et reconnu partout où il est passé. Il peut apporter beaucoup plus avec son réseau, ses connaissances dans le monde du football. Personnellement je le verrais bien poser les jalons d’une grande réorganisation du football national qui a perdu nombre de ses repères ces dernières années.

Didier a connu tous les échelons. Il sait ce qu’il faut faire pour réussir dans ce métier sans pitié. Il faut donner une véritable orientation aux clubs, leur redonner vie et leur imposer un certain cadre de développement. Avec d’autres anciens internationaux, sortis, eux, du football national, il pourrait monter un schéma directeur pour tous les acteurs. Sans oublier le football des jeunes, indispensable à l’épanouissement d’un football national. Chacun ne doit plus pouvoir faire ce qu’il a décidé. Le football ivoirien retrouvera ses espérances lorsqu’il jouera enfin collectif pourle bien de tous.

Alors oui, je vois très bien Didier Drogba dans ce rôle de Chef d’orchestre. Il faudrait lui adjoindre un administrateur en charge de tous les problèmes, financiers notamment, qui permettent une bonne gestion de l’entreprise foot. Ces remarques valent pour la grande majorité des pays d’Afrique qui délaissent le terrain et ceux qui y évoluent pour s’enterrer dans des problèmes de personnes, de rivalités insupportables.

Monsieur Drogba, dites-nous ce que nous devons faire, comment nous devons faire.Promis, juré, nous ne vous mettrons pas de bâtons dans les crampons. Pas besoin d’un titre de président pour conduire une réforme. Celle du terrain a plus de chance d’être acceptée par le plus grand nombre. Les hommes miracles, hélas, ne le restent pas toujours bien longtemps. Votre pays compte sur vous pour redonner confiance aux joueurs et à tous leurs éducateurs et entraîneurs. C’est un formidable défi à relever. Pas en qualité de président mais comme initiateur d’une sorte de New deal. Allez DD !

Gérard DREYFUS

Commentaires (1)

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article Didier Drogba, futur président de la Fédération ivoirienne de football ?, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Derniers commentaires

AK
Armand

Oui il est l'homme de la situation , avec lui fini les ordres telephoniques et lez classements abitraires , â Dieu ma corruption , les problèmes d'egaux .drogba un vrai leader avec un esprit de gagneur , c'est le drapeau ivoirien qui en sortira victorieux sur tous les toils.

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.