Publicité

LONGÉVITÉ

50 minutes de footing par semaine suffisent pour vivre plus vieux

Et si courir prolongeait votre espérance de vie ? C’est en tout cas ce qu’une nouvelle étude scientifique tend à démontrer : 50 minutes de course à pied par semaine pourraient réduire significativement le risque de mort prématurée.

Crédit Photo: Victor Welson
Crédit Photo: Victor Welson

Image d'illustration.

Ils étaient plus de 50 000 participants au marathon de New York, dimanche 3 novembre, preuve si besoin était de la popularité de la course à pied à travers le monde. En France, ils sont environ 13,5 millions d’adeptes. Et cela tombe bien, puisque courir est bon pour la santé. Des recherches ont déjà montré que le running réduisait les risques d’obésité, d’hypertension, de cholestérol, de diabète, de maladies cardiaques, de cancers… Mais courir peut-il permettre de vivre plus longtemps ?

Une étude, publiée mercredi 5 novembre dans le British Journal of Sports Medicine, suggère que la course à pied peut réduire significativement le risque de mort prématurée. Jacqueline Jan, médecin du sport à Rennes, explique que cette mort « précoce » se définit quand « on n’atteint pas l’âge moyen, à cause de différents facteurs comme les risques cardiovasculaires, les cancers ». En France, en 2018, l’espérance de vie était de 79,5 ans pour les hommes et 85,4 pour les femmes, selon l’Ined (l’Institut national d’études démographiques).

Ni vite ni longtemps

L’étude s’est appuyée sur quatorze précédentes recherches, prenant en compte plus de 230 000 participants (dont 10 % de coureurs), suivis pendant des périodes allant de 5 ans et demi à 35 ans. Durant cette période, 25 951 sujets sont décédés. En analysant les données récoltées tout au long de ces recherches et années, les chercheurs ont remarqué que les coureurs avaient 27 % moins de risques de mourir prématurément, par rapport aux non-coureurs. Plus précisément, ils se sont aperçus que les coureurs avaient 30 % moins de risques de mourir d’une maladie cardiaque et 23 % d’un cancer.

D’après l’un des chercheurs, Zeljko Pedisic, professeur à l’Institut pour la Santé et le Sport de la Victoria University (Melbourne, Australie), « n’importe quelle course, même une fois par semaine, vaut mieux que ne pas courir ». Cinquante minutes par semaine suffiraient pour ressentir les effets. « Une bonne nouvelle pour les personnes qui ne disposent pas de beaucoup temps », selon Pedizic.

Les chercheurs ont aussi constaté que les avantages ne semblaient pas croître si l’on courait plus longtemps ou plus vite. « Nous avons trouvé que les bénéfices étaient similaires si l’on courait à 8 km/h ou 13 km/h. » Mais Zeljko Pedisic prévient : « Il ne faudrait pas non plus décourager ceux qui aiment courir plus longtemps et plus souvent. »

Surveiller les risques cardiovasculaires

Mais une activité sportive intensive peut-elle tout de même engendrer des risques pour notre corps ? Sur le site web de la chaîne de télévision américaine CNN, Zeljko Pedisic explique que les professionnels de santé « craignent parfois de promouvoir la course à pied, car des efforts vigoureux ont été associés à la mort cardiaque subite ». « De la course, on ne peut tirer que des bénéfices. Les risques, cardiovasculaires notamment, n’existent que si une anomalie est déjà présente et n’a pas été détectée », explique Jacqueline Jan. Les chercheurs de l’étude soutiennent tout de même que « les conseils doivent être donnés au cas par cas, car la course peut ne pas convenir à tout le monde ».

Une activité physique régulière nécessaire

Mais concrètement, comment le sport aide à l’amélioration de notre bien-être ? « La sédentarité nous tue,souligne Jacqueline Jan. On mange trop, on a plus d’apports que d’élimination. Avoir une activité physique permet donc de lutter contre l’obésité, d’entretenir nos articulations. » « Le sport permet aussi de faire travailler le muscle qu’est notre cœur, poursuit-elle, et donc de réduire les risques cardio-vasculaires. Le sport joue aussi sur la santé mentale, le moral. Il améliore la qualité de vie. »

Si 50 minutes de footing par semaine semblent suffire pour observer des effets positifs sur la santé, « l’activité physique doit être régulière », rappelle la médecin. « Si l’on reste assis sur une chaise six jours sur sept et qu’on court juste un peu le dimanche, le sport n’aura pas l’effet escompté. »Pour bouger, « on peut monter les escaliers, aller au travail à vélo, s’arrêter une station de métro avant son point d’arrivée pour marcher jusqu’à notre destination », etc.Rappelons que l’Organisation mondiale de la Santé (agence spécialisée des Nations Unies) préconise aux adultes (18-64 ans) de pratiquer entre 75 et 150 minutes « d’activité d’endurance » au cours de la semaine.

Avec Ouest France

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article 50 minutes de footing par semaine suffisent pour vivre plus vieux, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.