Publicité

FOOTBALL

Euro-2020: France-Turquie, un match tendu à tous les étages

Alerte rouge à Saint-Denis: dans un contexte sécuritaire et diplomatique sensible, renforcé par l'annulation de la venue de Jean-Yves Le Drian, les Bleus, vexés par la gifle de Konya, veulent prendre leur revanche sur la Turquie, lundi (20h45) au Stade de France, où des milliers de supporters turcs sont attendus.

Crédit Photo: Al M.
Crédit Photo: Al M.

Image d'illustration.

Sur le terrain, l'opposition s'annonce intense entre deux nations toutes proches de se qualifier pour l'Euro-2020. Les Bleus auront leur billet en poche s'ils gagnent, mais aussi en cas de match nul voire de défaite si leurs poursuivants calent. Pourtant, le contexte diplomatique prend le pas sur l'enjeu sportif: à quelques heures du match, le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian, qui avait inscrit la rencontre à son agenda, a annulé sa présence. "Il a décidé de ne pas y aller", a annoncé son entourage à l'AFP.

Une décision prise alors que le déclenchement mercredi dernier par le président turc Recep Tayyip Erdogan d'une opération militaire dans le nord de la Syrie contre des forces kurdes, qualifiées de terroristes par Ankara mais partenaires de longue date des occidentaux dans la lutte contre les jihadistes du groupe État islamique (EI), a déclenché un tollé international.

La France a dénoncé une "offensive unilatérale" et suspendu ses ventes d'armes vers la Turquie. Et à Paris, plusieurs manifestations en soutien aux Kurdes de Syrie ont déjà eu lieu ce week-end.Plusieurs personnalités politiques, dont le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde, président du groupe d'études sur les Kurdes à l'Assemblée, ont appelé à l'annulation de la rencontre. "On ne peut décemment accueillir demain au Stade de France ceux qui saluent le massacre de nos alliés kurdes!", a-t-il tweeté dimanche soir.

M. Lagarde évoque le salut militaire réalisé par les footballeurs turcs pour célébrer leur victoire contre l'Albanie vendredi, en soutien aux soldats engagés dans l'offensive."Les problèmes géopolitiques, ils sont là. Que cela ait des conséquences? Forcément, sur l'environnement du match. Mais on ne va pas penser à cela", a évacué dimanche le sélectionneur des Bleus Didier Deschamps. "Je ne veux pas que ces discussions prennent le pas sur le match, a précisé dimanche le sélectionneur turc Senol Günes. Nous encourageons nos soldats, mais je suis contre toute sorte de violence."

Avec l'AFP

Commentaires

Vous souhaitez pouvoir ajouter un commentaire à l'article Euro-2020: France-Turquie, un match tendu à tous les étages, ou faire profiter de votre expérience avec les internautes, ajoutez votre commentaire il sera mis en ligne après validation par notre équipe

Indiquer votre commentaire
Indiquer votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Votre commentaire a bien été prise en compte, notre équipe vous envoi un mail de confirmation une fois mis en ligne.

Votre commentaire est en attente de modération. Voir votre commentaire

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.